La lettre à Lulu
Lulu 86-87 - novembre 2014

Bêlements. Le chant de la manœuvre


Manœuvres et manipes, logo et marketing territorial à l’échelle d’une grosse parcelle de ville.


On n’échappe pas au marketing territorial. Après les pays transformés en marque, les régions et collectivités lancées dans une compète d’image et de slogans, c’est au tour des morceaux de villes de se faire mouliner par ces impératifs concurrentiels. Nantes Métropole aménagement invente ainsi un quartier. Même si ça s’insère déjà dans le secteur Nantes-Erdre et Saint-Joseph-de-Porterie, pas loin de Carquefou. Et si les bidasses, fantassins, aviateurs et surtout artilleurs, qui l’ont occupé à partir de 1879, en jouant à la guerre pour s’entraîner, l’appelaient « Champ de Bêle » comme les autres Nantais. La mémoire est un peu lourde. Le 30 août 1941, Marin Poirier y est le premier résistant nantais à tomber devant un peloton d’exécution, premier d’une longue série, dont une partie des fameux 50 Otages. Pendant toute la guerre, plus de 80 personnes sont fusillées au champ de tir du Bêle. Pour celle d’avant, on y a aussi exécuté, deux femmes, Manuela Alvarez et Victorine Faucher, condamnées pour espionnage et fusillées le 6 mai 1918.

Mais bon, pour le marketing immobilier, tout ça, on oublie… Est donc créée de toutes pièces l’appellation "Champ de manœuvre" (une rue porte déjà ce nom). Pourtant le journal du projet n° 7 d’avril 2014 a dénommé le même quartier "Bêle-Champ de tir". On a rectifié le tir. Cette friche "dégradée par son usage militaire passé" est en fait une future ZAC, à naître à partir de 2015, puisque cette histoire de marque et de nom est essentiellement dictée par des impératifs immobiliers. Près de 2 000 logements doivent sortir de terre entre 2018 et 2030. Les habitants rupins du lotissement voisin Housseau s’en sont émus : lors de leur assemblée générale le 3 avril dernier, ils ont évoqué l’urbanisation du terrain militaire du Bêle et ses "conséquences probables : forte augmentation de la circulation, insécurité des piétons, anarchie architecturale, tensions entre les habitants". Si les grincheux du quartier huppé du Housseau jouxtent en ronchonnant, il y a une autre zone à problème, au sud-est : la nouvelle prison mange méchamment un coin du quadrilatère. Cette grande maison (d’arrêt) n’offre pas les meilleurs atouts pour doper les ventes. C’est même le genre à plomber l’image future et le potentiel de séduction en obligeant l’argumentaire des promoteurs à des acrobaties sémantiques. Pensez ! Ce bâtiment est plein de gens qu’on ne connaît même pas, qui restent confinés, entre eux, derrière leurs grands murs hautains. Des gens fiers. Paraîtrait qu’ils ne vont même pas aux fêtes des voisins, ces bougres !

Place donc aux communicators professionnels pour faire oublier les voisins pas fréquentables et ces gibiers de potence à gâcher le vivre ensemble, bien capables de ruiner la côte de l’immobilier. Logo, identité visuelle, charte graphique, il faut au moins tout ça pour rattraper. Le logo CM glisse dans les jambages du M une maison et un genre d’arbre stylisé. On a même un slogan (une baseline en langage de com’) : "Champ de manœuvre, habiter un quartier nature". Ça fait mieux qu’"habiter à l’ombre de la taule". On situe bien la manœuvre.

Marc Ettingue

Lu 95 fois













La Lettre à Lulu : RT @LELeduc: #NDDL Le regard ironique de Télérama sur les fantasmes de ces animateurs qui ne vérifient rien, ne vont pas sur le terrain, se…
Dimanche 17 Décembre - 10:37
La Lettre à Lulu : À propos de Notre-Dame-des-Landes... Lulu suit l'affaire depuis un moment, retrouvez nos articles sur le sujet réun… https://t.co/HrJx1jbn1r
Jeudi 14 Décembre - 19:27
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: #NDDL L'édito de Hervé Kempf https://t.co/W01QChgyRe
Jeudi 14 Décembre - 09:13
La Lettre à Lulu : Et voilà le sommaire ! À vos kiosques ! https://t.co/ol9gm9LcGT https://t.co/OvwK5nVXIO
Jeudi 14 Décembre - 08:51
La Lettre à Lulu : @Legolasf44 @sobczak_andre Réponse dans le journal.
Mercredi 13 Décembre - 15:53