La lettre à Lulu
n°32 - mar

Bonnet blanc. Un patron sur l’harcèlette



Faut pas faire chier la prolote. Maxime Bonnet, patron d’une entreprise de confection vendéenne basée à Cheffois, la Société européenne d’explotation au nom predestiné, a écopé le 26 février de deux ans de taule avec sursis et 100 000 F d’amende ferme et 150 000 F de dommages et intérêts pour avoir agoni son personnel d’insultes, de grossièretés, d’humilations publiques et autres violences avec préméditation. Pratiques courantes dans les ateliers de confection disséminés dans le bocage. Pour une fois, huit salariées ont porté plainte contre ces déclinaisons du harcelèment moral: interdiction de sourire, de parler, de lever la tête de son poste de travail, chaud et froid insupportable dans les ateliers. Au même moment, Nike se voit contraint de publier un audit sur les conditions de travail de ses sous-traitants indonésiens, où les cas de harcèlement sexuel semble servir de méthode de management. Comme quoi, la mondialisation commence au coin du bocage.

Lu 2217 fois













La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #Remaniement La solution est pourtant évidente... https://t.co/vNVLWfMvcQ
Samedi 13 Octobre - 15:04
La Lettre à Lulu : RT @ijarjaille: A #Rennes et #Nantes, Vinci profite à plein de l’abandon de #NDDL. @MediacitesNtes a consulté en exclusivité un rapport de…
Jeudi 11 Octobre - 15:55
La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #5e_République : c'est plus ce que c'était ! #Macron #Benalla #Collomb https://t.co/m4lns8OWbf
Dimanche 7 Octobre - 19:00
La Lettre à Lulu : S’appelle comment ??? https://t.co/S3XeeYkXYA
Dimanche 7 Octobre - 18:58
La Lettre à Lulu : Kita et ses petits commerces... lire aussi https://t.co/LKp7CNRMW6 https://t.co/6FI3AMq67k
Vendredi 5 Octobre - 10:02