La lettre à Lulu
Lulu 55 décembre 2006

Bouchées doubles. J'ai comme un trou



C'est pas le tout de faire un trou, faut reboucher après. L'autorisation d'exploiter étant terminée à la carrière des Pontreaux, à Bouguenais, faut combler le machin, qui accuse ses 120 m de profondeur. C’est pas rien. Faire et défaire, c'est toujours travailler. Alors on rebouchera.
L'opposition municipale de Bouguenais craint les pollutions : «On pourra faire tous les contrôles qu'on voudra, on n'en empêchera pas la fatalité»*. Quel manque d'ambition ! Ils ne feront pas carrière avec de telles résignations. La Loire-Inférieure étant « exportatrice de déchets », comme on dit, faudrait voir à pas trimballer nos merdes à Pétaouchnok. Ce trou tombe à pic, si l'on peut dire. On va donc déverser tout ce qui peut faire bouche-trou, terre, pierre, brique, béton en miettes, gravats inertes. Il y en a pour trente ans de camions. Après trois quarts de siècle à se faire creuser, le plus gros trou de l'agglo va se retrouver comblé. Manquerait plus qu'il se plaigne. Ce serait le comble.
* Ouest-France le 16 décembre 2006

Lu 1405 fois