La lettre à Lulu
N° 77 - juillet 2012

Bouchon. Nantes rétrogradée à la 8e place !


En deux ans, la cité des Ducs a paumé sa palme d'or de la loi de l'embouteillage maximum.


Bouchon. Nantes rétrogradée à la 8e place !
Aubry, au poteau ! Les 35 heures ont encore frappé! Selon une étude réalisée par Inrix, société d’info-trafic américaine [1], les dingues nantais qui prennent encore leur auto pour aller d'un point A à un point B tous les jours passent 35 heures par an coincés dans les embouteillages. Et pas un tire bouchon à portée de main. Ce qui fait de Nantes la huitième des villes les pires où le déplacement n'est pas une affaire qui roule. Cette huitième place est une infamie. Si loin du podium, aucune chance de se faire remarquer. Virez l'entraîneur !

En 2010, le fabricant de GPS TomTom avait pourtant mis la barre haut en décernant à Nantes la première place : "Avec 42,3% des routes congestionnées chaque jour sur le réseau principal, Nantes est la ville qui bouchonne le plus", assure alors [2] TomTom en recensant les vitesses réelles de circulation sur deux ans en moulinant les données de ses 5,5 millions d’utilisateurs de leur système en France. Alerte rouge à Nantes métropole, contestation des chiffres, des modes de calcul. Deux ans plus tard, il suffit de taper "ville la plus embouteillée de France" pour tomber sur Nantes en avalanche. C'est à désespérer. Que les élus roulent en bagnole à tout bout de champ, surtout quand ce n'est pas nécessaire. Fournissons des 4x4 de fonction aux chômeurs. Nantes doit retrouver sa première place. C'est une question d'honneur.

[1] Ouest France, le 22 juin 2012
[2] Le Post, le 9 novembre 2010

Lu 163 fois