La lettre à Lulu
Lulu 52 avril 2006

Bourge operator. Entre gens du monde


Les bienfaits du dircabisme vagabond, narrés par un plumitif aux anges. L'aventure, version Connaissance du bout du beau monde.


Bourge operator. Entre gens du monde

On en pleurerait d'émotion.

«Denis, Magna, Maëva et Mathieu ont tout laissé pour une aventure d'un an», et «Le voyage du « ras-lebol » des Griffon», titre Ouest-France qui fait tout un monde de cette escapade de luxe.

Précision : avant d'être Indiana Jones en famille, Denis Griffon a été dir cab adjoint, puis dir com de François Fillon avant que la déferlante socialiste ne l'emporte lors des régionales en 2004.

Ce très long article d'anthologie est signé par un certain J.-M.B., hagiographe appliqué et directeur départemental d'Ouest-France à ses heures perdues... En faisant pleurer les chaumières par un bel et copieux article sur la sagesse de l'homme qui a osé, si si, mettre en danger sa carrière professionnelle pour un break d'un an. Tout en se la jouant pauvre :
«L'unique contrainte : le budget, limité à 10€ par jour». On passera sous silence les billets d'avion, les cours du CNED de la gamine en 5e, et le confort d'une carte American express gold international, au cas z'où, si jamais les «rencontres, fortes, souvent nouées par le sourire des enfants» devaient tourner vinaigre.

De l'Océan indien à la Malaisie, d'Inde en Afrique du Sud, la petite famille est revenue pétrie d'héroïsme, surmontant un accident de voiture au Népal, des grosses vagues dans le détroit de Malacca et le fiston perdu dans un marché en Malaisie pendant 20 minutes. Non mais 20 mn, vous vous rendez compte. Alors franchement, ce furent «Les vingt minutes les plus longues de notre vie». Il faut se méfier des logiques de marché. Et le tsunami, ils ont failli y passer, mais en fait non. La famille a changé ses plans en cours de route échappant à la vague géante et au possible drame. Pleurez pas tout de suite, c'est pas fini. Le héros de l'article a connu l'horreur, sans téléphone portable ni ordinateur. Pire, les Griffon parents et enfants débarquent «au lendemain du référendum européen. La France se cherche. La famille Griffon, elle, s'est trouvée». C'est pas beau, ça ? Affecté par cette quête d'absolu, mais pragmatique, le papa s'est largement remis de ses émois en se recasant dès son retour dans la boite de son papa à lui, à la Séguinière. Comme tout le monde. Et ce serait vraiment par hasard si, un de ces jours, on le voyait se présenter aux régionales ou, plus sûrement, aux cantonales, en Maine-et-Loire ou en Vendée. Quant au fiston perdu dans le marché, il a trouvé sa voie : quand il je sera grand, il sera fils à papa. Comme tout le monde.


* Ouest-France, le 10 janvier 2006.

Lu 6508 fois













La Lettre à Lulu : RT @Nantes_Revoltee: Gros big up à L'Autre Cantine Nantes et aux nombreux nantais et nantaises qui organisent la solidarité concrète, alors…
Mercredi 8 Août - 08:11
La Lettre à Lulu : RT @canardenchaine: DEMAIN DANS LE CANARD Réunion secrète à l'Elysée avec les LR Juppé, Estrosi, Moudenc et la socialiste Johanna Rollan…
Mardi 7 Août - 17:13
La Lettre à Lulu : RT @canardenchaine: DEMAIN DANS LE CANARD Document : les félicitations du préfet de police à Alexandre Benalla
Mardi 7 Août - 17:11
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: URGENCE #NANTES: erratum expulsion en cours des exilé.e.s de l'ecole Leloup Bouhier. C'est à dire beaucoup de monde qui s'é…
Jeudi 2 Août - 19:59
La Lettre à Lulu : RT @askolovitchC: Le jour où un jeune homme éborgné, pas de chance, par un taser de la police, ou un(e) endeuillé(e) d’une bavure aura la m…
Jeudi 2 Août - 10:26