La lettre à Lulu
Lulu 97 - juillet 2017

Caméléopportuniste

Josso bouco


Changer de veste, faire groupe à l’unité, ne pas trop parler, tout un art.


Mariée et mère de trois tenniskids, 41 balais, la coach nutritionnelle en banqueroute, Mme Josso, faisait des conférences sur la prévention du cancer par l’alimentation et sur la perte de poids. Ses émoluments de députée vont lui permettre de remettre un peu de matière grasse dans ses épinards. Elle a pratiqué la transition avec constance, passant de Les Républicains au Modem, puis en 2015 à l’Alliance centriste de Jean Artuis avant de rallier En Marche. Sa carrière caméléon* débouche enfin sur un choix porteur. Ses anciens petits camarades n’ont pourtant pas que de bons souvenirs de sa trajectoire. Denis Sébilo, conseiller municipal Les Républicains à Herbignac, « plutôt centre droit et pas antimacroniste primaire » n’a pu que déplorer l’absentéisme de Sandrine Josso aux conseils municipaux, notamment lors du vote du budget, et pareil en commission « y compris sur le dossier de la ZAC, elle qui se dit commerçante à Herbignac ». Il se demande « comment elle a réussi à tromper tout son monde ». Élue aux municipales en mars 2014 parmi les sept du groupe d’opposition « Pour un avenir meilleur », Josso se dissocie un an et demi plus tard pour fonder son propre groupe à elle toute seule. Le maire lui accorde une place dans les commissions : on ne la voit pas plus qu’avant. « Elle aime être dans les projecteurs mais elle ne sait pas parler en public et n’a pas de fond, pas de réflexion. Les chantiers navals ? Quand Macron est venu fin mai à Saint-Nazaire, il a rencontré Frank Louvrier, Sandrine Josso n’était pas là. » Pendant la campagne, elle refuse tout débat ou réunion publique, prétextant la priorité accordée au terrain qu’elle arpente en minibus avec un « kiosque à ballons ». Le ballon, c’est bien. Au moins, on ne peut pas dire que c’est du vent. L’air y est enfermé et c’est tout l’art de la baudruche.
Emma Sacron

* Les caméléons appartiennent à la famille des Chamaeleonidae. On retiendra la faculté de mobilité indépendante de leurs yeux, leur langue protractile capable d’attraper des proies à distance, leurs doigts groupés en deux blocs opposables assurant une bonne prise aux branches et leur capacité à changer de couleur.

Lu 287 fois