La lettre à Lulu
Lulu 97 - juillet 2017

Carrierus interruptus

Inapropriapique


Brave petit gars du pays, un évêque si prometteur mis au ban. Revue de presse violette.


Une vocation brisée net, juste pour des « comportement inappropriés », voire « imprudents » (Ouest-France, 07/06), c’est une épreuve que le Tout Puissant met sur le chemin du petit gars de chez nous devenu évêque et puis on ne sait pas. Mais qu’a donc fait Hervé Gachignard, monseigneur démissionnaire ? « Paroles et attitudes déplacées vis-à-vis des jeunes, au cours de rassemblements, pèlerinages, retraites » (Sud Ouest, 06/04). Mais encore ? Selon une famille, le fautif « aurait interrogé, de manière insistante, leur enfant sur sa sexualité ». Plus précisément, « l’évêque aurait demandé à l’adolescent de 14  ans s’il se masturbait, à quelle fréquence, s’il avait déjà consulté des sites pornographiques gay ou fait l’amour avec sa petite amie » (La Vie, 17/04). Outre ce garçon, une ado de 15 ans a parlé de « caresse sur la cuisse, bisou volé sur la joue, chuchotements dans l’oreille, et beaucoup de paroles inappropriées » recueillies par une association landaise de lutte contre la pédophilie. Une des familles a alerté le Vatican, bureau des mœurs non conformes, plus précisément le « dicastère romain, qui traite des délits contre la foi et des delicta graviora » (La Croix, 06/04). C’est exotique, ces arcanes feutrées. On apprend des trucs. « Est-ce vraiment le boulot d’un évêque d’aller s’offrir des sorties avec des ados, des marches, des concerts ou des nuits sous la tente ? » tousse un paroissien de Dax. L’évêque manifeste un rapport appuyé au corps, un sens de la mêlée au pays du rugby, selon un témoin de la maison, un curé perplexe : « Lors d’une sortie avec une classe de cinquième, il a demandé aux enfants qui ne voulaient pas devenir prêtres de se jeter sur lui, dans le foin, comme ça. » (La Vie, 17/04). Par bribe, d’article en article, on cerne un peu la question. « Une main posée sur l’épaule [pour l'un], [pour] l’autre une main posée sur le genou et qui s’attarde un peu, une autre un baiser sur la joue qui n’a pas lieu d’être », selon le procureur (La Croix, 27/06). Le premier message de l’évêque annonçant son retrait sentait bon la langue de buis : « Fatigue liée à diverses causes, besoin de repos hors du diocèse ». On ne savait alors pas bien ce qui était reproché à l’ex-évêque Gaschignard, né à Saint-Nazaire, monseigneurisé à Toulouse et déchu à Dax. En revanche, on savait tout sur le parcours avant la chute, le nombre de frères et sœurs (six), son diplôme à Sup de Co (depuis rebaptisé Audencia), le scoutisme (d’Europe, le versant tradi-genoux cagneux-salut au drapeau), le séminaire, le couronnement dans la ville rose, les cinq ans à Dax... Directe, la presse catho critique (Golias, 06/04) dresse le portrait d’un « intrigant » et « carriériste [qui] ne commet aucun faux pas », doté de talents cachés, « capable de vendre des réfrigérateurs à des Esquimaux ». Bref, « on donnerait presque le bon Dieu sans confession à cet évêque chaleureux, souriant (...). Tchatcheur en diable, il brille et se fait bien voir des jeunes ». Ah les jeunes, ces supplices de la tentation vivants, on devrait les interdire. L’ex-évêque ne trouve officiellement insupportables que les jeunes homos, ah mais quelle horreur. Ses valeurs réac lui font tempêter farouchement contre le mariage pour tous, et appeler ouvertement aux manifs en 2013. « On trouverait inexact à ce jour de parler de pédophilie. Il ne faut pas aller trop vite », dit un porte-parole de la conférence épiscopale de France (La Croix, 06/04). Le bonhomme a pourtant des antécédents, quatre familles ayant souligné en 2011 une « étrange proximité physique entre ce dernier et leurs enfants » lors d’un camp vélo (Sud-Ouest, 07/04). Un signalement au procureur est alors classée sans suite. Et précédemment, à Nantes, même malaise exprimé par une autre famille. La famille, c’est l’ennemi du bien vivre avec les jeunes. Pastoralement parlant, s’entend. S’entend, pas Satan.
Benoît Ascèse
Confirmant l’existence de gestes ou de paroles déplacés, mais sans trouver de qualification pénale, le parquet de Dax a classé sans suite, le 27  juin.

Lu 6 fois














La Lettre à Lulu : RT @lemonde_pol: Les membres du cabinet de l’Elysée ayant eu connaissance des actes de violence commis par #AlexandreBenalla auraient dû, a…
Jeudi 19 Juillet - 16:33
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: #photo: Il plie sa tente avec rage: "Vous n'avez rien compris ! Vous, les français, vous faites la guerre dans mon pays, et…
Jeudi 19 Juillet - 16:32
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Scandale d'Etat et révélation qui arrive à point nommé pour les 2 ans de la mort de #AdamaTraore. Cette "affaire" est le po…
Jeudi 19 Juillet - 16:32
La Lettre à Lulu : Victoire des bleus, défaite de l'ordre La ville envahie par des délinquants, le manque à gagner est énorme pour les… https://t.co/wwSjxbWH7C
Mercredi 18 Juillet - 08:58
La Lettre à Lulu : La Lettre à Lulu n°101 sera demain chez les buralistes et nos dépositaires. Mais aussi d'ores et déjà en télécharge… https://t.co/G102SzYrWe
Lundi 16 Juillet - 14:57