La lettre à Lulu
Lulu 70 - novembre 2010

Chasse au lopin. L’élu de terrain coincé sur son terrain


Quand les gens du voyage veulent se sédentariser, c’est pourtant bien vu. À Clisson, on leur met des bâtons dans les roues.


À 68 ans, Violette est un peu fatiguée. On a beau être du voyage, il y a des moments où on voudrait bien se poser. Pour se sédentariser, Violette trouve un terrain à Clisson et l’achète en septembre 2008. À l’origine, c’était une terre agricole à l’écart, classée comme telle sur le plan local d’urbanisme, mais un permis de construire a été accordé par le maire et une maison bâtie en 1971 (le propriétaire l’avait curieusement déclarée comme «cave» aux impôts).

«Ma mère ne peut plus rouler. Elle vit seule avec ses gamins. Et puis l’hiver, la caravane, c’est dur, et ça coûte une fortune en chauffage. Elle serait mieux dans la maison si on peut la refaire à neuf», explique Manuel Demestre. Prudent, il va voir en mairie avant d’implanter deux caravanes. Pas de problème, vous êtes chez, vous, dit le maire qui co-signe même avec son premier adjoint un papier officiel disant «conformément à ce qui vous a été annoncé, la commune ne s’opposera pas aux travaux visant à la viabilisation du terrain concerné». Eau, électricité, assainissement, «amenée de gravier pour stabiliser certaines parties de votre terrain»? Jean-Pierre Coudrais, le maire divers gauche, donne son entier feu vert. La famille Demestre s’installe donc, paye sa taxe d’habitation, 148 euros, et la taxe foncière, 165 euros. Mais depuis deux ans, faute de pouvoir se payer l’assainissement, il faut aller chercher l’eau avec des jerrycans à deux kilomètres, dans les chiottes publiques.
Le site de la ville de Clisson explique qu’un «groupe de travail urbanisme» s’est donné pour mission de «corriger certaines erreurs techniques» du PLU. Bâti avec permis de construire depuis près de 40 ans, ce terrain «non constructible» mais construit en ferait bien partie. Mais non.

Les services de l’Equipement ont conseillé au maire d’assouplir sa position, et d’entériner l’implantation. En janvier 2010, le commissaire enquêteur nommé pour la révision du PLU, l’ancien bâtonnier du barreau de Nantes Michel Taupier, préconise de requalifier la parcelle en zone constructible, puisqu’elle l’est déjà. Le maire de Clisson, Jean-Pierre Coudrais, ne veut pas en entendre parler : «Je ne me suis pas opposé à ce qu’ils fassent venir l’électricité et qu’ils réalisent une fosse septique. Mais la construction est un genre de cabane en parpaings qui n’a pas vocation à être habitée» dit-il à Lulu. Il dénonce un «passage de force. Je n’ai rien contre ces gens-là, mais pourquoi leur accorder une faveur plus qu’à d’autres?». Faute d’être entendue, la famille a pris un avocat et attaque le plan d’urbanisme au tribunal administratif. Même s’il l’a cherché, le maire n’est pas déçu du voyage.

Daisy Reless

Lu 370 fois













La Lettre à Lulu : RT @LELeduc: #NDDL Le regard ironique de Télérama sur les fantasmes de ces animateurs qui ne vérifient rien, ne vont pas sur le terrain, se…
Dimanche 17 Décembre - 10:37
La Lettre à Lulu : À propos de Notre-Dame-des-Landes... Lulu suit l'affaire depuis un moment, retrouvez nos articles sur le sujet réun… https://t.co/HrJx1jbn1r
Jeudi 14 Décembre - 19:27
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: #NDDL L'édito de Hervé Kempf https://t.co/W01QChgyRe
Jeudi 14 Décembre - 09:13
La Lettre à Lulu : Et voilà le sommaire ! À vos kiosques ! https://t.co/ol9gm9LcGT https://t.co/OvwK5nVXIO
Jeudi 14 Décembre - 08:51
La Lettre à Lulu : @Legolasf44 @sobczak_andre Réponse dans le journal.
Mercredi 13 Décembre - 15:53