La lettre à Lulu
n°35 - déc

Contre plongée. Déclaration des droits de l’homme-grenouille



C’était au temps où le maire de Nantes était chef des pompiers. Président du district, Ayrault était en 1992 le patron administratif des soldats du feu. Caporal chef et chef de plongée mais surtout délégué syndical CFDT, Hervé Pennaneac’h s’était fait sucrer autoritairement son droit de plonger en service, et la prime qui va avec. Sans sommation. Sans pouvoir se défendre. Neuf ans après, la cour administrative d’appel vient d’annuler cette sanction ne reposant sur rien, sauf la «considération de faits liés à la personne de l’agent». Ce que les fins lettrés du volapük administratif transcrivent expéditivement par répression contre un emmerdeur syndical. Mais ne le dites pas à Jean-Marc Ayrault. Il se dit de gauche. La communauté urbainequi hérite des machins du Dictrict a été condamnée à 5000 F. Et le pompier a théoriquement le droit de replonger. Mais là, officieusement, y’a pas le feu.

Lu 2663 fois