La lettre à Lulu
Lulu 47 décembre 2004

Craque m'ampoule. Le commerçant ravi de se faire enguirl



Craque m'ampoule. Le commerçant ravi de se faire enguirl
Certains naïfs croient que les illuminations des rues du centre ville, à Noël, c'est fait pour illuminer les rues, à Noël. Grossière erreur. Si la municipalité multiplie les ampoules et tire des câbles avant les réveillons, c'est juste pour booster le tiroir-caisse des marchands de tout et de rien. La preuve ? "En cette période hivernale, la hausse du nombre de rues éclairées est déjà un véritable cadeau de Noël. Car plus de lumière signifie plus de convivialité, et plus de temps passé à acheter"*. Plus ça brille dehors, plus c'est meilleur pour le chiffre d'affaires. Présidente de l'association des commerçants "Plein centre" (300 enseignes), Muriel Blot confirme : "L'an dernier, la couleur bleue nous avait semblée un peu froide. On espère revenir à quelque chose de plus rond, pour que les Nantais, mais aussi les visiteurs, restent plus longtemps". Après les "temps de cerveaux disponibles" de ce brave monsieur Le Lay, voici les temps de portefeuille disponibles qui se voient miraculeusement soumis à une brillante expansion. Merci qui ? Merci Jean-Marc Ayrault. On espère que les petits commerçants ne s'obstineront plus à résister à leur bonheur, distillé grâce aux bienfaits du socialisme en marche. Ces boutiquiers peuvent aussi rendre grâce aux happy tax payers nantais, pour cette mesure municipale sortant 4450 m de guirlandes électriques et 15 km de câbles. Soit 410 000 euros * de quasi subvention** consacrés à dynamiser les comptes de résultats des mercantis, et les compteurs d'EDF qui adore les kilowatts extraordinaires. Le centre-ville en décembre, c'est guir-land.

* Presse-Océan, le 27 novembre 2004

** 530 000 euros selon Ouest-France du 29 novembre, pas de chiffre selon la police.

Lu 2397 fois