La lettre à Lulu
n°15 - déc

Crudité. Censure et dépendances



Le restaurant trentemousin «Trois pièces cuisine» peut se vanter de mettre à poil ses clients, en tout cas sur sa publicité parue dans Le mois nantais*, où petits nénés cotoient gros bidon, bistouquette et fier joufflu, quelques amis du patron qui prennent la pose sur une photo grande comme un timbre-poste. Pas de quoi titiller une ligue de vertu, encore que la mairie de Rezé a refusé de distribuer l’agenda trop salé. L’office de tourisme de Nantes a menacé de faire valoir son «droit de veto sur le choix des annonceurs», autrement dit de déshabiller Le mois nantais de son soutien financier. Laquelle publication n’a pas attendu le suivant pour recadrer la photo avec une pudeur millimétrée. Le service «Trois pièces» ne passait pas ?

<I>* Le nouveau mensuel gratuit d’annonces commerciales et culturelles</I>

Lu 1975 fois