La lettre à Lulu
N°26 - décembre 199

Demie-aca. Louboutin se combourgeoise



Faute de réussir à intégrer l’Académie de Bretagne où ses demandes d’écrivain émérite ont été plusieurs fois refoulées*, l’éminent Hervé Louboutin à été obligé de créer son propre machin, l’académie Chateaubriand qui remet son prix littéraire dans le château de Combourg et a coopté les proprios du castel, le comte et la comtesse de la Tour du Pin. Le jury voit se côtoyer quelques aristos, Philippe de St-Robert, Robert de Goulaine, Ghislain de Diesbach, un abbé et quelques roturiers (Catherine Decours essayant de faire illusion de particule). La composition de cette académie permet à Louboutin d’en donner la liste dans le Nouvel Ouest**, son propre journal, où il s’auto-qualifie de «personnalité». On n’est jamais mieux servile que pour soi-même.

* Lulu n° 2 (février 96)
**
< N°43, 26 novembre 99

Lu 2640 fois