La lettre à Lulu
n°11/12-été

Dernier salon. Le réédit de Nantes



Après avoir sabordé le Festival du livre de Nantes, la municipalité PS revient sur ses pages. En 1990, elle avait décidé d’arrêter les frais. Exit le festival, lancé quatre ans avant par la droite. Trop cher. L’argument a dû être oublié puisqu’un salon du livre d’histoire est relancé pour trois jours à la mi-avril 1998 à la Cité des congrès, lors des célébrations de l’édit de Nantes. L’adjoint à la culture, Yannick Guin aurait bien voulu créer sa chose, un salon renouvelable tous les ans, mais le maire a opté pour un événement sans lendemain, au sein du quadricentenaire de l’édit. Le phénix ne revivra donc que l’an prochain. Pas de quoi en faire une histoire.

Lu 2455 fois