La lettre à Lulu
Lulu 101

Du cash et du crash

Profitation


Start-up nation, innove nation, smart précarité, c’est quoi c’t’embrouille ?


Le mot innovation sert de totem. On ne peut qu’entrer en vénération. Tentons juste un pas de côté pour voir le cadre, le vrai : « Le capitalisme désacralise tout, vole le monde des merveilles et ne nous le rend que sous la forme d'un vulgaire marché », écrit Antonio Garcia Martinez, ancien de Goldman Sachs, auteur de Chaos Monkeys. Le monde merveilleux des plates-formes web s’emploie à capter les identités, aspire les personnalités en ligne pour les inventorier, les revendre au meilleur prix. C’est ce capitalisme bling bling, mythifié, qu’accompagnent les gouvernants locaux avec l’argent public. Ils mettent en selle et en scène quelques patrons dont le succès tient à l’exploitation souple de salariés, ou employeurs d'eux-mêmes, pressurés, tous mis en concurrence, mais à la coule, avec un skate dans l’entrée. Sous un verbiage du nec plus ultra de l’innovation et de la modernité, cette idéologie chimérique et fourre-tout chère à Macron planque emplois jetables, contrats précaires, horaires à rallonge et suppressions d’emploi induites par l’offensive numérique. Selon une étude du très libéral Mc Kinsey Institute* « près de 60 % des emplois pourraient être partiellement automatisés, à hauteur de 30 % des tâches qui les composent. Nous estimons ainsi qu'en France, 47 % des heures travaillées actuelles sont consacrées à des activités automatisables », tant pour les emplois peu qualifiés que pour les professions intellectuelles menacées par « les avancées de l'intelligence artificielle et du “machine learning” ». Les zélateurs du numérique tentent de se défendre avec le concept de « destruction créatrice » imaginé en 1942 par l’économiste Schumpeter. Ce qui supposerait que de nouveaux boulots seront générés par le numérique, les objets connectés, la robotisation. Mais c’est une simple hypothèse, une croyance déconnectée du futur.

*  Dix enjeux cruciaux pour la France à l’horizon 2022, avril 2017.


Lu 11 fois