La lettre à Lulu
n°09 - fév

Facture sociale. La Rmiste n’a gagné que durant trois minutes


Dans ce supermarché, le hasard doit ignorer les pauvres. Seuls les gens solvables peuvent gagner aux jeux.


Facture sociale. La Rmiste n’a gagné que durant trois minutes
Bonne surprise en allant faire ses courses au supermarché Casino Ouest de St-Nazaire : accostée par une animatrice, Christine Berthelot participe à un jeu par ordinateur. Fantastique : elle a gagné un bon d’achat de 50F ! Encore mieux, elle bénéficie d’une carte privilège : réductions à la clé, accès aux caisses réservées ! Pour établir sa carte, il faut un bulletin de salaire. Problème : ayant arrêté ses études d’infirmière pour sa grossesse, Christine est Rmiste débutante. Son mari travaille sans doute ? Non, il est étudiant. "Désolé, le jeu n’est pas pour vous. Revenez quand vous aurez une fiche de paie" assène l’hôtesse du magasin, consfisquant illico le bon de 50F. C’est vrai quoi, la vie ne fait pas de cadeau aux salauds de pauvres, pourquoi le supermarché s’y mettrait-il ? Cette mesquinerie a été révélée en décembre par le journal de Redon "Libr’Infos". Interrogé par Lulu, le directeur du magasin bredouille que cet avantage étant comme une carte de crédit, il faut être solvable pour en profiter. Quant au jeu sur place, ce n’est qu’une "technique de recrutement" pour la carte à avantages. Sans pub faite à l’extérieur : il ne voit "rien de malhonnête là-dedans". Moralité : le Rmiste n’est toléré que s’il paye cash ses fonds de caddies. Exclue pour ses petits revenus, Christine n’est jamais revenue.

Lu 3162 fois