La lettre à Lulu
Lulu 94-95 - décembre 2016

Feu à volonté numérique

Dégâts data


La cantine numérique en fumée crée l’extension des domaines de l’émotion et de l'indifférence, c'est selon.


La communauté numérique et la guilde des coarqueurs (coworkers en français dans le texte) sont en deuil depuis le 20 novembre. Mais alléluia, un « formidable élan de solidarité » (20 Minutes, France Bleu, Ouest-France, Presse-O, France 3, etc.) de coins de bureau, de mètres carrés d’open spaces, et de salles prêtées aux 80 sinistrés s’est répandu sur les réseaux sociaux comme une traînée de poudre. Une belle camaraderie de classe, et une « belle histoire » pour la presse. On évoque la perte dramatique de « précieux souvenirs », trois bouteilles de champagne vides de l’arrivée aux Sables d’Olonne de skippers du Vendée Globe, conservées comme des fétiches par l’agence de com Windreport. On retient difficilement ses larmes. « Consternation », « choc », « émotion », « solidarité » : la presse transforme le fait divers en une épopée de compassion pétrie d’humanité. Curieusement, les mêmes mots n’apparaissent pas du tout le surlendemain, quand la police expulse de force plusieurs dizaines de migrants, réfugiés, demandeurs d’asile ou déboutés, mineurs, adultes, du presbytère de Doulon. Hormis une poignée de militants, aucun grand élan, ni élan tout court, de la communauté sédentaire pour reloger chez soi ces 76 Soudanais, Erythréens et autres « Blacks » réduits à de simples et banals occupants illégaux par le communiqué commun de la préfecture, la ville de Nantes et l’évéché.

Mais sinon, Johanna Rolland est virtuellement affectée. Sa belle vitrine numérique est passée à l’état de cendres. Et comme elle mise toute sa com sur l’innovation startupeuse, c’est comme si on avait cramé les joyaux de la couronne.

De quoi gâcher le dimanche soir purée-jambon de la bourgmestresse Johanna Rolland, qui a dû dire vite fait que la ville travaillait « à des propositions pour accompagner cet écosystème majeur et acteur très important de l’économie nantaise », en remerciant les pompiers. Mais on ne l’a pas beaucoup entendue quand, en l’an 840, les Normands ont pillé et incendié la cathédrale de Nantes. Les historiens n’y ont vu que du feu.
 
Steve Jobard

Lu 42 fois














La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #Remaniement La solution est pourtant évidente... https://t.co/vNVLWfMvcQ
Samedi 13 Octobre - 15:04
La Lettre à Lulu : RT @ijarjaille: A #Rennes et #Nantes, Vinci profite à plein de l’abandon de #NDDL. @MediacitesNtes a consulté en exclusivité un rapport de…
Jeudi 11 Octobre - 15:55
La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #5e_République : c'est plus ce que c'était ! #Macron #Benalla #Collomb https://t.co/m4lns8OWbf
Dimanche 7 Octobre - 19:00
La Lettre à Lulu : S’appelle comment ??? https://t.co/S3XeeYkXYA
Dimanche 7 Octobre - 18:58
La Lettre à Lulu : Kita et ses petits commerces... lire aussi https://t.co/LKp7CNRMW6 https://t.co/6FI3AMq67k
Vendredi 5 Octobre - 10:02