La lettre à Lulu
N°2 - février 1996

Flag antidaté

Ombre



Au gnouf, Claude, avec sa tête de Léo Ferré ! Arrêté par deux flics en civil en marge des échauffourées du 5 décembre, il est mis au violon, et traîné le lendemain en urgence devant les juges. N’ayant rien à lui reprocher pour les événements de la veille, la justice l’a condamné – en comparution immédiate ! – pour participation aux manifs anti-CIP d’avril 94. Il figure sur une photo de police, une fronde en main : ce qu’il ne nie pas, onze mois après.

Le commissaire qui témoigne contre lui rumine sa hargne d’avoir vu cet anar de 62 piges lui filer dans les doigts lors d’une interpellation ratée dans un café près de la préfecture, un soir de schprountz anti-CIP. Total : l’anar a écopé de quatre mois ferme, alors que tous les autres mutins jugés pour la même chose ont été amnistiés par grâce présidentielle. Le pire, c’est que les pêcheurs, agriculteurs et commerçants, dispensés de poursuites pour de vraies émeutes avec vrais dégâts n’ont pas cassé leur cagnotte pour lui payer des oranges.

Lu 2466 fois