La lettre à Lulu
Lulu 54 novembre 2006

Flambée de titraille. Ce soir on vous met le feu



Visionnaire, Ouest-France titre à sa une du samedi 28 octobre: «Banlieues: pourquoi la crise a épargné Marseille». Un reportage d'une demi-page d'un envoyé spécial liste les raisons de cette relative sûreté de la cité phocéenne: les banlieues dans la cité même, une tradition d'accueil, un tissu associatif dense, toutes les religions du monde, plus d'emploi qu'ailleurs et moins de sentiment anti-flic. Sécurité très relative comme on a pu le voir le soir même. Comme Ouest-France n'est pas diffusé à Marseille, des irresponsables, qui se fichent de ce catalogue de bonnes raisons comme de leur premier savon, crament un bus, brûlant atrocement une étudiante, passagère du bus. À Ouest-France, on se gratte la tête. Lundi, la une affiche :
«Marseille rattrapée par la violence des banlieues?». Avec un judicieux point d'interrogation pour faire la part des choses entre déchaînement de violence et enchaînement fortuit.

Lu 1302 fois