La lettre à Lulu
Lulu 109-110

Futur CHU : donnez vos lits de camp

Riquiquisition


Le nouvel hosto survivra-t-il au virus couronné ?


La pose de la première pierre est prévue en octobre prochain, mais la pandémie aurait comme lapidé à l’avance le futur hosto. Dans sa version initiale, le projet prévoit, entre autres, de supprimer 500 postes, soit une réduc officielle des lits de 14% (22% selon la CGT) par rapport aux capacités actuelles de l’hôtel-Dieu et Laennec, les établissements qui seront transférés sur l’île de Nantes. Et ce qui va avec : 64% des interventions chirurgicales en « ambulatoire » (comprendre : les patients priés de faire l’aller-retour dans la journée), contre 4% en 2018. Une sorte de drive-in médical en somme, le must du Copermo*, le machin  interministériel chargé de rogner partout pour faire des É-CO-NO-MIES dans les hostos du futur de tout de suite. Alors que le personnel soignant d’ici et de tout le pays dénonce depuis des années une vision comptable, néolibérale, du service public de santé orchestré par les argentiers de l’État. Une bonne partie de la population s’en est foutue, déculpabilisant depuis peu sur son balcon en applaudissant le soir les « héros nationaux ».

Le manque de moyens humains, matériels et financiers éclate au grand jour. Pas de gants, masques, blouses, tests, etc. Des agents éreintés, en burn out. Mais à part les belles promesses des gouvernants main sur le cœur, pandémie oblige, le « grand soir » de l’hôpital n’est pas pour demain. En première ligne contre le Covid-19, les réanimations du PHU3 (pôle hospitalo-universitaire 3) saturent. Mais pas qu'elles. Devant une médecine aiguë gériatrique débordée, une nouvelle unité de 15 lits a ouvert en urgence le 6 avril à Laennec en endocrinologie. Car les vieux affluent aussi à l'hôpital. Pendant ce temps, la direction de l’hosto, les élus et les architectes s’enthousiasment pour la future médecine des « 4 P » imaginée dans leur joujou : « préventive, prédictive, personnalisée, participative ». Merci de faire passer le message au corona et à tous ses cousins, frangins, neveux et rejetons.
Philippe Ouste-Blabla
* Comité interministériel de performance et de la modernisation de l’offre de soins.

Lu 123 fois