La lettre à Lulu
Lulu 109-110

Gouvernementeurs

Petits moyens


Un patron fait jouer son droit de retrait.


Sourcils froncés, l’air pas content du tout, Olivier Morin, patron du bâtiment et président de la CPME des Pays de Loire, interpelle le 19 mars les ministres. Face caméra, il refuse l’injonction de reprendre le travail et d’exposer ses salariés. « Je reçois vos menaces, celles de vos préfets, celles de la Dirrecte qui, d’ordinaire, s’emploient à fermer nos entreprises quand elles ne respectent pas la sécurité de nos salariés. Je reçois des refus de prise en charge de leurs demandes de chômage partiel d’entreprises, au motif qu’elles ne sont pas concernées par l’obligation de fermeture et que le coronavirus n’est pas une raison sérieuse et valable. Ce sont des insultes pour nos entreprises, nos salariés et nos entrepreneurs.Je ne céderai pas à ces menaces. Je ne plierai pas. La mise en danger de la vie d’autrui c’est aussi la loi ! ». En récusant au gouvernement toute expertise en santé, économie et gestion de crise, il finit par un solennel « Je ne vous salue pas ». À bon entendeur.

Lu 8 fois