La lettre à Lulu
Lulu 74-75 - nov.-déc. 2011

Gymastique des âmes. La dévotion à sainte Parcelle



L’enseignement catholique a, on le sait, la main sur le cœur. Et celui des élus socialistes bat à l’unisson. Normal donc de les voir mobilisés pour la défense d’un «projet d’intérêt général». Deux bahuts privés du centre-ville (qui n’en forment plus en fait qu’un), les très chics Françoise-d’Amboise et Externat des enfants nantais, tenus par les Ursulines de Jésus plus connues sous le nom de sœurs de Chavagnes, veulent construire un nouveau gymnase pour remplacer l’existant, passablement décati. Dans un touchant geste digne de l’île aux enfants, la congrégation prévoit de le mettre à la disposition de la population hors période scolaire. «C’est exemplaire», applaudit des deux mains Marie-Françoise Clergeau, vice-présidente de Nantes métropole*. Alléluia ! Le prix à payer pour la communauté urbaine ? Deux fois rien malgré l’envolée du tarif du stère de bois. Juste une petite contorsion juridique pour réviser le plan local d’urbanisme et changer le zonage de la parcelle où s’implantera le bâtiment. Histoire de pouvoir ratiboiser en toute légalité un vulgaire bois classé. Et si d’aventure, par le plus grand des hasards, un projet immobilier venait ensuite remplacer la vieille salle de sports, il ne faudrait pas y voir l’œil du Malin. Juste la main désintéressée de Dieu.

* Ouest-France, le 26 octobre 2011

Lu 158 fois