La lettre à Lulu
Lulu 81 - juillet 2013

Interopé rable. Les bétaillères high tech de la Tan



Pas prévenu

Fin août, 40 000 abonnés passent automatiquement à LiberTan, sans qu’on leur donne le choix ni qu’on les prévienne. « Les documents de relance des abonnés ont été imprimés avant qu’on ait mis au point la charte de gestion des données pour LiberTan, qui est assez compliquée. Le formulaire indique juste que nous respectons les règles de la Cnil » explique Pascal Leroy. Ah bon ? L’opération est prévue de longue date. Nantes Métropole a voté une provision de 8,5  millions d’euros en juin 2010. Cette communication escamotée, sous prétexte d’improvisation de dernière minute, ça serait pas plutôt pour éviter les objections et résistances à cette carte à tracer les clients ?

Pas de temps perdu

Mise au point par des militaires anglais lors de la seconde guerre mondiale, pour distinguer par radar les avions alliés des autres, les puces RFID gèrent aujourd’hui les flux et la « traçabilité » des colis, des moutons, et des bipèdes. Pourquoi supprimer l’oblitération dans une machine à composter ? C’est supposé faire gagner du temps au voyageur qui présente juste le flanc de son sac sans l’ouvrir. Trop pratique ! À condition d’admettre que chacun de ses déplacements soit enregistré. Utile pour faire la chasse à tous ceux qui oublient de payer ou qui voyagent sans billet. Utile pour marquer le passage de gens que l’on veut suivre à la trace, ficher en temps réel ceux qui vont ou reviennent d’une manif sensible, sociale ou politique. Idem pour les suppor-ters remuants du stade de foot. On pourra dès qu’on voudra croiser les bases de données, traquer un faucheur d’OGM déjà fiché, un refus de prélèvement d’ADN qui reste dans les archives. Les technocrates camouflent cette entourloupe sous le nom d’« interopérabilité », au début pour associer les trains régionaux, les cars départementaux. Et plus dès que possible. Normalement ça doit nous transporter de joie.

Pascal Diabolo

* Editions La Découverte, 2013

1 2


Lu 428 fois