La lettre à Lulu
Lulu 48 mai 2005

Journée de la femme frivole. Ouest-Frou-Frou



L’éternel féminin, ça se cultive. Ouest-France joue le 8 mars très frou frou fourneaux. Le cahier familles du Dimanche* est un «numéro spécial» 8 mars, journée de la femme. Plus axés sur les spécialités féminines que sur l’inégalité ou la violence faite aux femmes, les sujets abordés ne brillent pas par un féminisme farouche. L’étude du temps partiel titre sur la stratégie des femmes. Forcément une stratégie, rien de subi. Trois experts interrogés, trois hommes, DRH et apparatchiks de syndicats. Un reportage sur une femme médecin à Kaboul, un papier sur un refuge de l’Armée du Salut pour femmes de la rue.

L’article «Femme et étrangère, double violence» est relégué en bas de page. Bien plus discret que l’auteure de livres de recettes, Sophie Dudemaine, qui déclare : «une bonne cuisinière est une fée qui dispense du bonheur». Manque l’aspirateur et les mômes pour que le bonheur soit parfait. Mais il y a surtout une double page mode qui explique que «toute en jupons, broderies, volants et paillettes, la mode féminine va virevolter et froufrouter joyeusement». Faut dire que «ce printemps, c’est liberté, légèreté, frivolité». Si les femmes, ces écervelées notoires, manifestent, c’est forcément pour montrer leurs dernières toilettes. Même les dames pipi qui gardent les toilettes.

* Ouest-France, le 6 mars 2005

Lu 2295 fois