La lettre à Lulu
Lulu 74-75 - nov.-déc. 2011

L’art pompier. Le colonel pin pon prend la mouche


Quand on le pique au vif, il réplique. À côté de la plaque.


L’art pompier. Le colonel pin pon prend la mouche
Faudrait pas l’prendre pour un colon, l’Berthelot. Le grand chef des soldats du feu n’a pas du tout du tout aimé l’article consacré au congrès national qu’il a mené de main de maître. Adressé aux pompiers de tous grades, un long mail du colonel Berthelot, grand chef des pompiers de Loire-Inférieure, étale une «réponse ouverte» à Lulu, sans l’envoyer à Lulu. Les voies détournées étant ce qu’elles sont, Lulu a été plusieurs fois destinataire du texte... La lecture de ce mail a consterné les pompiers, y compris des officiers. «Niveau potache de 3e, sans vouloir offenser les ados», ont dit certains.

Tape à l’œil. On cherche des arguments, des dénégations. Rien du tout. Oui, il roule bien en berline allemande de service. Non, il n’a pas d’objection concernant l’emploi fictif créé pour organiser pendant un an le congrès. C’est même lui qui en a eu l’idée. Le tout validé par son conseil d’administration, comme le notait déjà l’article de Lulu. Ce qui ne rend pas la manipe plus réglo. Mais le colonel est couvert. Il est aussi bien couvert par sa belle veste d’aviateur, genre américain, commandée il y a trois ans : «Je ne regrette pas de l’avoir prise en cuir, tiens ! Coquet, moi ? Ma femme vous dirait que je n’ai pas besoin de ça pour être beau, mais elle n’est pas objective, forcément. Pas jalouse non plus du reste ; mais vous peut-être, je sais pas : on se connait et je vous ai tapé dans l’œil ? Je vous ai donc forcément déçu, mais c’est bien involontaire ; car vous n’êtes pas mon genre, mais alors pas du tout.» C’est ça, un chef de corps, ça fait des blagues de corps de garde.

Autre extrait de la prose du colonel destiné à ce garnement de Lulu : «Vous ne les aimez pas, hein, les pompiers. Mais pourquoi ? Vous aviez rêvé d’être pompier "quand vous serez grand" et vous êtes inapte ? Ouf, on l’a échappé belle. Ou peut-être est-ce l’uniforme — les galons, tout ça — qui vous hérisse le poil ? Détendez-vous mon pauvre, ça va bien se passer...».

Pas taper ! Deux petites menaces voilées, au passage : «La "Fédération des cochons" compte 260 000 adhérents. Rien que ça ! Là, croyez-moi, vous vous êtes fait des milliers de copains pour la vie. S’ils ne sont pas rancuniers, ils ont de la mémoire, les pompiers». Et dans le même bi-ton : «Au Congrès des Sapeurs-Pompiers de France, vous n’êtes pas le bienvenu, ni vous ni votre équipe de copains moqueurs car je vous confirme que vous ne serez pas en terrain ami». Ça va finir par un duel, cette histoire. Lulu hésite. L’arme à feu serait de circonstance. Mais c’est dangereux, ces trucs là. Un pistolet à eau, ça irait, mon colonel ?

* «Le congrès ne sait pas sur quel pompier danser», Lulu N° 73,
juillet 2011

Lu 478 fois













La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sauvons le Ravi ! C'est le message que relaye aujourd'hui l'hebdo @Politis_fr Merci confrère ! Participez au #CouscousBa…
Lundi 11 Décembre - 11:09
La Lettre à Lulu : RT @rayclid: Being Donald Trump #Trumpjerusalem #cartoon https://t.co/ulEZNyKqBn
Lundi 11 Décembre - 11:08
La Lettre à Lulu : Prochainement, Lulu vous livre la sienne... 🙃 Le numéro 98-99 disponible dans les prochains jours. Suspense. https://t.co/C22rMGvExX
Lundi 4 Décembre - 11:19
La Lettre à Lulu : RT @leslowburn: Il est là @CQFDjournal https://t.co/4npMJfLWqU
Lundi 4 Décembre - 11:17
La Lettre à Lulu : @yannick_helbert rappelons au passage qu'on peut faire un travail de journaliste sans carte de presse (renseignez-… https://t.co/5CCsEwVAPD
Lundi 4 Décembre - 10:02