La lettre à Lulu
Lulu 66 - novembre 2009

L’axe de l’amphibien. Triton crêté : le dinosaure nain contre l’aéroport


Le triton crêté, une ptite bestiole aquatique menacée et protégée veut jouer les emmerdeurs à Notre-Dame-des-Landes.


L’axe de l’amphibien. Triton crêté : le dinosaure nain contre l’aéroport
Dans les étangs de Notre-Dame-des-Landes et alentours, une bestiole rare, un amphibien en forte régression, pourrait donner du fil à retordre aux aménageurs et aux rouleaux compresseurs : le triton crêté, alias triturus cristatus pour les intimes. Un genre de salamandre avec une crête en dents de scie sur le dos pour les garçons, ce qui lui donne un côté dinosaure minus, quinze centimètres de long à l'âge adulte. Vivant dans les trous d'eau, en forte régression en Europe et tout aussi menacé en France, ce triton est intouchable de par l'annexe 2 de la directive européenne Habitats*, donc archi protégé par le réseau Natura 2000, et par la liste de 1993 du ministère de l'agriculture protégeant amphibiens et reptiles. Considéré comme « espèce vulnérable » au livre rouge de la faune menacée.
Pique prune bis Côté notoriété, il pourrait devenir un cousin du pique-prune. L'autoroute A28 entre Le Mans et Tours a déjà fait les frais du désormais célèbre pique-prune, scarabée dont les impératifs de préservation ont fait reculer le tracé de l'autoroute. Petite bébête, mais chaînon essentiel dans le fonctionnement écologique des milieux forestiers, et excellent indicateur de la qualité biologique des milieux. Le chantier et les bulldozers risquaient de faire disparaître l'habitat de cette espèce protégée. Même configuration avec le triton à crête et le projet d'aéroport écrase-tout. En 1990, l'aménagement de la ZAC du Chêne vert au Pellerin avait dû maintenir deux mares où s'ébattaient quelques spécimens de ces rares tritons crêtés. Avec le méga aéroport, l'échelle est multipliée par mille.

Amphibien commun

«On trouve le triton crêté à Notre-Dame-des-Landes, confie le naturaliste Guy Bourlès, président départemental de la ligue de protection des oiseaux. S'il est très sensible à la pollution de l'eau et au dérangement, la bonne qualité de l'eau et les bonnes pratiques agricoles font que ce triton est présent à Notre-Dame-des-Landes. Le milieu, un bocage humide, est de bonne qualité et nous comptons nous en servir juridiquement au niveau européen pour mettre en cause le projet d'aéroport, comme à Donges Est. En espérant faire mieux que le pique-prune». Le projet d'aménagement de Donges-Est, extension briguée pendant 20 ans par les dirigeants portuaires, a été retoquée après des recours juridiques européens, les bulldozers risquant de bouziller des milieux naturels protégés. Elus du coin et milieux économiques s'en souviennent. Les mêmes qui soutiennent avec rage le projet d'aéroport.

Y'en a mares

Des mares, dans la zone convoitée par les partisans du projet, on en a dénombre près de 200. De petits paradis pour les grenouilles, rainettes arboricoles, tritons marbrés, tritons crêtés... L'estimation du nombre de ces bestioles n'est pas simple. Plusieurs associations dont la LPO s'y emploient. Données centralisées par le Museum d'histoire naturelle. «Le triton crêté est une excellente “espèce parapluie”, assez exigeante pour son milieu, qui profite à beaucoup d'autres espèces. Et du coup, c'est vrai, il est pénible pour les aménageurs. D'autant qu'il lui faut beaucoup d'espace, et de qualité : au delà de la mare, il a besoin de confort hydrique, de prairies plutôt humides la nuit. Les labours rendent ses déplacements compliqués; l'asphalte, impossibles», dit Didier Montfort, spécialiste des amphibiens et membre de la société d'herpétologie de France. Moralité : «Le triton crêté vit là où l'utilisation traditionnelle du bocage perdure, association de talus, de prairies pâturées et de mares d'abreuvement du bétail».

Comme dit le proverbe, le pire est l'ennemi de l'amphibien. Comment faire pour ne pas contrevenir aux règles européennes ? En abandonnant ce projet d'aéroport, répond le triton, pas crétin des Alpes pour deux sous. Parce qu'il est assez illusoire d'envisager une compensation, en recréant par exemple des mares plus loin. Les tritons ne se réinstallent pas, selon les naturalistes avertis.

Les pro-aéroport ont la parade : une douzaine d'escadrons de gendarmes d'élite, avec cagoules, palmes, et escopettes à têtards pour des battues au triton, de nuit, discretos. Une fois le commando passé, et l'espèce au stade post-terminal dépassé, finie la menace. Sauf à craindre le retour des tritons zombies.

Iffig Ouanodon

* Officiellement Directive habitats faune et flore 92/43/CEE

Lu 978 fois













La Lettre à Lulu : RT @Fakir_: Une piscine à Brégançon pour préserver leur intimité. C'est vrai, quoi, les Macron ont droit à la protection de leur vie privée…
Samedi 23 Juin - 21:51
La Lettre à Lulu : RT @Maitre_Eolas: Mais bande de cretins l’AME n’est pas un cadeau fait aux sans papiers, c’est une mesure de santé publique. Vous préférez…
Samedi 23 Juin - 21:51
La Lettre à Lulu : RT @NONago_NDDL: Lundi, mardi et mercredi, chacun-e est conviée à un chantier nettoyage de la zone autogéré #zad #NDDL, c'est à dire: tu p…
Samedi 23 Juin - 21:50
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: « Il s’agit de savoir si on veut plus de fermes à taille humaine, des installations, des expérimentations agricoles. Les p…
Samedi 23 Juin - 21:49
La Lettre à Lulu : RT @KEMPFHERVE: Forte enquête de @Bastamag sur les 478 personnes tuées par la police depuis 1977. Dont 56 enfants ou mineurs ! La violence…
Lundi 18 Juin - 15:46