La lettre à Lulu
Lulu 100

L’empire des absences

Patate bleue


Ni permis ni autorisation... M'sieur dame, on va encaisser les consommations.


L’Absence, ce machin bleu difforme devant la Loire, cumule la filouterie. Déjà, il y a plus de huit ans, Lulu révélait la supercherie *. Ce bar construit devant l’école d’architecture s’était affranchi des règles de base, se passant allègrement de permis de construire. Autocitation : « N’importe quel gusse qui installerait un truc pareil sur sa pelouse verrait débouler les services de l’urbanisme avec sommation de démonter illico l’abri patate. » Mais là, pas de permis, sous prétexte que ça aurait le statut d'œuvre d’art, pas du tout un bar avec porte et fenêtres, branchements électriques, tuyaux d’arrivée d’eau, hublots, grande porte de verre coulissante. Bel exemple de contournement des contraintes administratives pour les élèves architectes. 

Le rapport de la chambre des comptes sur les activités du Voyage à Nantes en rajoute une couche en deux lignes. Si le VàN entretient ce bar en grosse pâte à modeler, l’implantation est aussi illégale car elle n’est cadrée par aucune « convention d’autorisation d’occupation temporaire du domaine public requise ». Penaude, Nantes Métropole, qui finance le Voyage à Nantes et gère ses autorisations, admet, avec les mots les plus vagues, le besoin de régulariser ce « défaut de formalisation des conditions de maintenance de l'œuvre ». Allez y boire un coup sans payer, en revendiquant un défaut de formalisation des conditions d’acquittement de la consommation.

Lu 24 fois