La lettre à Lulu
Lulu 101

La Lettre à Lulu N° 101 - sommaire


La Lettre à Lulu a le plaisir de vous présenter son petit dernier, baptisé sobrement "101".


Lulu n°101 vient de sortir. C'est un produit de saison, en circuit court , très prisé par les gens qui l'apprécient. Les autres font ce qu'ils veulent et regretteront un jour de ne pas en avoir fait l'acquisition, en kiosque dans la version en vrai papier, qui se règle au comptoir. Ou en pdf, par ici, même tarif de  z'euros par péage transactionnel en ligne.





 

Au menu de ce numéro 101
 
Le numéraque, c'est quoi l'arnique ?  ou le contraire.
Le vénéré boom des start-up nantaises, numériques et forcément innovantes, tourne au pschit. Voire au bullpshit. Emplois jetables, exploitation sous des apparences si cool, 90 % d'échec des projets, petits arrangements dans l'écosystème, robotisation supprimant des emplois... La Siliconnerie-sur-Loire, très soutenue par la métropole.
 
— L'agence d'urbanisme de la métropole concède un sérieux coup de mou dans la belle croissance.
— Un héros du startupisme concède que 9 projets sur dix capotent.
— Cantine numérique/incubateur privé : petits arrangements  entre administrateurs et investisseurs
— Rob Spiro, le Silicon boy californien a la success story un peu en berne.
         
  • Football yelloparkisé  
Le stade ultime du cash : le stade du futur bichonne les rupins.
— Contrepied : des expériences de tarif populaire maintenu, contrecarrant la tendance lourde aux places de plus en plus chères, ça existe. Ailleurs.
—  Johanna Rolland et le zacisme alternatif. Un coup c'est super une zac, l'autre fois, on oublie...
 
Effectif policiers à Nantes, madame le maire en veut toujours plus. Et les obtient. Et après ? Toujours plus
 
  • Carrière Misery
 
À Rezé sur le site des anciens abattoirs, des artistes prétendus poil à gratter et des bistrotiers temporaires amusent la galerie immobilière. Un classique du contrôle urbain en attendant les BTP. Promoteur, banque et métropole y vont de 13 à 17 millions pour patienter avant les bulldozers.
 
  • Le Bignon 
Le promoteur, la chaine de distribution, pince-mi et pince-moi tombent à l'eau. Qu'est-ce qui reste ? 

Lu 2637 fois



Nouveau commentaire :