La lettre à Lulu
Lulu 113-114

La Lettre à Lulu N°113-114 – sommaire


Douze pages pleines de trucs à lire.


Soit en pdf , à commander ici, soit dans quelques kiosques ouverts par l’équipe à Lulu faute de distribution plus large, après la faillite de l’entreprise qui servait près de 400 points de vente jusqu’en mars dernier.  Liste ici (mise à jour à chaque nouveau point approvisionné). Vous pouvez aussi commander ce numéro via HelloAsso pour le recevoir chez vous dans une enveloppe.
 

Mais keskiadansLULUdisdonc ?

L’immobilier casse la baraque. C’est à dire ? Littéralement, à coups de masse et de barres de fer, les pros de l’immobilier démolissent sanitaires et fenêtres de leurs propres biens pour les rendre invivables quand ils sont squattés. Vandalisme, violation de domicile (si si, juridiquement c’est ça), le tout couvert par la police . Quatre cas inquiétants cet été, et des proprios qui assument !

Sarah El Haïry : Miss Météore, sa vie son œuvre. De rien au Modem à sous-ministre à l’engagement à rien.

Acceptabilité : À Corcoué, Monsieur Vaseline a du mal avec la concertation méthanisée. L’agence d’acceptabilité patine dans le lisier.

Clisson : l’élection municipale tripatouillée.
La Baule : la chasse officielle aux chichas et narguilés.
Moratoire 5G : la connexion des 2J (Johanna Rolland et Julie Larnoes) se fait discrète sur la promesse d’arrêter la mise en place de la 5G (déjà bien entamée) pour réfléchir.
Université : Philippe Forest, un mandarin modéré contre la mise à distance en régime autoritaire.
Ratiboiser les arbres, Nantes métropole bafouant ses propres règles d’urbanisme.
Paquebots : en fin de vie, ça pollue autant qu’en régime de croisière.
Lieu unique : le bilan occulte de Patrick Gyger, un patron de dix ans.
École des Beaux-Arts : le directeur a pris ses aises entre désert texan et trous de golf.
Clinique du Parc, 35 jours d’une grève.
Théâtre Graslin : la cascade estivale du Voyage à Nantes ouvre les vannes du contentieux.
Pannonica : Lulu persiste et signe. Les tutelles ont tout faux.
Pornic : les petits marchandages du cinéma associatif

 

mais aussi...

Cofiroute et l’embrouille du tronçon d’autoroute nantaise gratuite / Trois tonnes de tomates hors sol foutues en l’air et qui pourrissent par terre / La quête des cathos  dématérialisée / Une mention raciste banalisée par la presse / Nouvel abattoir à Ancenis ; alertez les poussins ! / Résistances : au Bois Hardy qui ne se tient pas sage, on se laisse pas urbaniser ; la conserverie de la Zad s’agite du bocal, sans singer une vraie boîte / calculs comparatifs  et chronométrés de partisans de la bagnole.

Lu 458 fois