La lettre à Lulu
Lulu 102-103

La croissance cuite façon carbonara

Y a d'l'Ubu !


« On ne tombe pas amoureux d'un taux de croissance », disait déjà un slogan de Mai 68. Cinquante ans après, le credo moisi de la croissance fait toujours des dégâts, dans une ville dite dynamique qui inaugure des mètres carrés et applaudit aux nouvelles productions, sans regarder ni leur intérêt social ni leurs dommages carbone.


La croissance cuite façon carbonara
Thème de campagne de Farinella Rolland, la « ville zéro carbone » abandonne déjà la neutralité carbone, objectif qui manquerait de définition et de méthodologie commune, que Nantes ne pourrait donc mesurer (La Tribune, 05/12). Ne reste qu'à viser une réduction énergétique, curieusement dite mesurable. Et l'économie fonce, croissance oblige, emploi quel qu'il soit... Le port se réjouit de ses hausses de tonnage, même si le trafic est à 70 % fossile, hydrocarburé, gazé, charboné. Chez Armor, le baratin du bonheur forcé masque un bilan carbone et social fumeux. Tout projet industriel est applaudi sans considérer l'utilité sociale ou la néfastitude des productions. Fleurons nazairiens, les paquebots polluent grave ? On s'en fout. Privés d'un pesticide pour faire pousser la mâche chimique, les maraîchers crient à l'agonie. Lulu a collecté quelques aberrations....
 

Lu 58 fois