La lettre à Lulu
Lulu 94-95 - décembre 2016

La culture cul-bénitière

Retour à la bougie


Églises, abbaye royale, zizique sacrée : la manne régionale arrose.


Bien chers frères illuminés, recueillons-nous dans la lumière tremblotante des flammèches de 2300 bougies subventionnées. C’était à l’Abbaye royale de Fontevraud les 12 et 13 novembre, pour l’exhibition des reliques du père fondateur, neuf cents ans après avoir clamsé. Une conférence sur « reliques et pouvoir » et un concert de musique sacrée complétaient la sauterie. « Nous ne pouvons pas comprendre Fontevraud sans un retour aux sources. Fontevraud le centre culturel, intellectuel et religieux de l’empire Plantagenêt », dit l’impérial Bruno Re-Taïaud avec un vibrato cul béni dans ses tweets, après avoir rendu hommage à Aliénor d’Aquitaine, ça ne nous rajeunit pas. Pour les six heures d’illuminations, cloître et extérieurs compris, une manne exceptionnelle de 30 000 € a été versée par la Région Pays de l’Encensoir, subsides votés a posteriori le 18 novembre, six jours après le raout clérico-patrimono-monial. « Une pratique courante », explique un sbire du cabinet de Retailleau à Lulu. Au regard de l’éternité de sa spiritualité triomphante, ne chipotons par sur un petit retard temporel.

La séparation de l’église et de la région n’est pas à l’ordre du jour. Le mix bénitier-culture est déjà une coutume, la même commission permanente du 18 novembre a attribué 142 000 €** à une tournée de neuf concerts dans des églises d’« Histoires sacrées » par Nantes Angers Opéra. Au programme, trois oratorios d’« un siècle en quête d’absolu religieux », chantés tout en latin. Ça célèbre le reniement de saint Pierre [non mais quel salaud celui-là ] « mêlant plaintes éthérées et grâce divine », Jonas où avant de le faire bouloter par la baleine « Dieu demande à Jonas d’aller à Ninive pour y prêcher », et Jephté ou le susdit « Jephté, à la veille de partir au combat, fait à Dieu le vœu de sacrifier, s’il est victorieux, la première personne qu’il rencontrera à son retour »** et qui doit, du coup, occire sa propre fifille. Une campagne pour réhabiliter les meurtres d’enfants, sans doute.

* La région a déjà largué 50 000 € en 2015 pour ce prosélytisme via l’opéra.
** Extraits du dossier de presse.


Lire aussi :
Jusqu'à plus zouave
Dans le plumard des tentatrices
Le sang du raté
Un billet de neuf millions, ma sœur
 

Lu 33 fois