La lettre à Lulu
Lulu 94-95 - décembre 2016

La photo passe partout

Illustre


Le flic sans tête est une denrée précieuse pour l’iconographie du fait divers comme on peut.


12 juillet : « Il roule sur le pied d’une fillette, provoquant la colère de la famille ». Variante : « puis est agressé par la famille ». 20 Minutes arbore le capot d’une bagnole de flic, Presse-O l’enseigne du commissariat, Ouest-France l’entrée du comico. Quand la presse n’a rien à montrer, elle rame. Pour les faits divers, recueillis auprès de la police par les journalistes, personne n’a pris de photo au moment crucial où, brandi devant une grand-mère à la veille d’accoucher, le couteau en carton est sorti de sous le paletot couleur muraille. La presse qui professe une religion des faits doit donc truquer. Le bandit en action ? Invisible ? Sur le web, un article sans photo étant voué à l’anonymat, il faut bricoler avec les archives les plus passe-partout. La plupart des faits divers n’ont rien à montrer. C’était la nuit, hier, et ces abrutis de délinquants n’ont pas fait de selfies. Alors on bricole avec des images génériques, photos de voiture de police siglées, vues de commissariat sous tous les angles, sans le moindre visage, gros plan sur un gyrophare, sur un tronc de flic cadré entre le cou et la ceinture, ou entre les menottes et les épaules, parfois juste le badge tricolore à l’épaule ou dans le dos, qu’on ne reconnaisse personne puisque le flic de l’image n’a rien à voir avec les faits qu’il illustre. Info ? Zéro. Le 2 octobre, l’arrestation d’un jeune majeur soupçonné de viols a vu Ouest-France, Le Courrier de l’Ouest, Le Télégramme, Planet.fr, Europe 1 dégainer chacun une image différente de flic. Aveuglés par une probable détestation de la police, 20 Minutes a utilisé une photo d’un mur du tribunal, BFMTV une image d’une statue de la justice avec sa balance. La police en bouche-trou, c’est un coup à fâcher les syndicats de police, très sensibles à l’image de la corporation. Pour illustrer leurs communiqués, une photo de journaliste anonyme, sans visage, serait parfaite.

Code civil
Le vrai-faux et le faux-faux ont un truc faux en commun. « Nantes : Une vieille dame volée par un faux agent des eaux et un faux policier. Des bijoux ont notamment été dérobés… » (20 Minutes, 13/07) Et pour illustrer ça et alerter les mémés, le journal publie quoi ? Des policiers de la Bac, de dos, cadrés entre la capuche et la ceinture. Ces types en civil qui se présentent ou se prétendent flics, méfiance.

Lu 4 fois