La lettre à Lulu
N°98-99 - décembre 2017

La ville cantonne les SDF dans un écart

Gueuserie à la nantaise


Cachez ces pauvres qu’on ne saurait voir.


La ville cantonne les SDF dans un écart
Le projet des 5 Ponts est « une initiative solidaire innovante sans équivalent en France », proclame fièrement la municipalité nantaise. Pensez donc, « il vise l’inclusion des personnes à la rue ou en très grand isolement et détresse, en permettant la continuité des services et en limitant les ruptures de parcours ». Avec un tel laïus et un budget de 22 patates, la moindre once de critique condamne à passer pour un sans cœur. D’autant que cette structure d’accueil d’urgence est portée par Les Eaux vives et Emmaüs, associations caritatives éminemment respectables. Le projet présenté en février dernier a déjà corrigé son logo première version, escamotant les chapeaux de lutin pour une 2e mouture hexagonale reprenant les couleurs des logos des associés, collectivités, promoteur, et assos. Les SDF sont très attentifs aux stratégies du graphisme différenciant.

Il serait bien méchant et gratuit de souligner que, pur hasard, ce « projet immobilier complexe » s’implantera à l’entrée du Min sur l’île de Nantes, à distance respectable du centre-ville, sa gare, ses boutiques chics et ramblas bourgeoises. Problème de nomenclature Insee sans doute, l’activité d’accueil des crève-la-faim ne fait pas partie des industries culturelles et créatives de cette chère « ville apaisée », réservoir de talents qui se doivent de côtoyer le grand manège pachydermique et les bars stylés. Les salauds de pauvres auront cantine à l’écart, où il pourront brancher leur portable, monter sur le toit biner des carottes du potager de subsistance, ou laver leurs caleçons, mais un peu plus loin, près de la sortie de la cité. Et même se savonner, les bains-douches actuellement allée Baco rejoignant le site. On l’a compris, l’indigent n’est pas un produit vendable. La rue des Marchandises, future adresse de l’équipement, pourrait prêter à confusion, assimiler le pauvre hère à un produit périmé. En rattrapage, la collectivité baptise « place Abbé-Pierre » un coin de rue dégagé au confluent entre cette rue des Marchandises et le boulevard Gustave-Roch. Place des Gueux aurait eu pourtant plus de chien.

Marité Nardier


Lu 1 fois














La Lettre à Lulu : Une tranche de la vie secrète des cadres nantais observée, mise en BD et offerte par @rayclid à Lulu.… https://t.co/HgMd4RWqvI
Jeudi 20 Septembre - 00:18
La Lettre à Lulu : RT @MarionEhno: Évacuation des défenseurs de la forêt de #Hambach contre l'extension d'un projet minier. Un mort. En France comme en Allema…
Mercredi 19 Septembre - 23:41
La Lettre à Lulu : RT @rayclid: #MondayMotivation https://t.co/AuoQE879wr
Lundi 17 Septembre - 11:19
La Lettre à Lulu : RT @Bloom_FR: Article CRUCIAL de @Reporterre sur lien entre #EvasionFiscale & destruct° de la nature. 70% des navires de pêche illégaux son…
Vendredi 14 Septembre - 11:03
La Lettre à Lulu : RT @AlterNantesFM: @AlterNantesFM lance une campagne de crowdfunding sur @ululeFR pour l'achat d'un serveur de diffusion performant et d'un…
Vendredi 14 Septembre - 10:59