La lettre à Lulu
Lulu 102-103

Le bahut collé

Bepostmodernisme


Mauvais élève en TP d’énergie positive, le lycée de Carquefou redouble.


Promis Bepos, bâtiment à énergie positive, vanté 100% renouvelable, le lycée à prétendue « excellence architecturale et environnementale » rate sa première année. Fanfaronnes, les entreprises contribuant au chantier avaient pourtant assuré dépasser les performances Bepos, visant carrément l’énergie plus positive que positive. Décréter 19 degrés ambiant, c’est bien beau mais un peu frais pour certains profs ou élèves qui ont fait regrimper le mercure à 22° ou 23°. Mais un ordinateur discret pilote à distance les rectifications opérées par les techniciens du lycée. Après un an d’usage, le nouveau bahut a été recalé par l’audit du cabinet Certivea. Énergie négative. Panneaux photovoltaïques, pompe à chaleur, isolation n’ont pas suffi. Chargée de l’appoint l’hiver par grand froid, la chaudière à granulés bois absorbe les trois quarts de l’énergie dépensée. Ce bois plombe le résultat carbone. Faudra bûcher pour repasser l’examen l’an prochain. Contacté par Lulu, l’établissement fait motus, l’architecte Forma6 renvoie à la Région dont la réponse tiède concède « un écart concernant l’interprétation des mesures d’étanchéité à l’air des réseaux aérauliques »* et conclut qu’« après un an de fonctionnement, le bilan Bepos est très encourageant. Des marges de progression et des actions correctives ont été identifiées lors d’un premier bilan de fonctionnement avec la maîtrise d’œuvre, l’entreprise générale, notre assistant à maîtrise d’ouvrage HQE et avec le lycée et ses utilisateurs. » Encourageant ? Un euphémisme pour dire que l’énergie est dans le négatif. Positif, c’est mathématique comme chou : c’est plus que zéro. Du coup, c’est mobilisation générale. L’espoir c’est ce qui dépense le moins d’énergie.
* ventilation et extraction d’air, en français.

Lire aussi : La Région hisse le drapeau blanc

Lu 17 fois