La lettre à Lulu
N° 77 - juillet 2012

Le coût du vandalisme institutionnel



Nul n'étant au-dessus du règlement, la direction des médiathèques encourt, comme tout citoyen, des sanctions pour avoir fait disparaître des livres des rayons. En cas de livre détérioré ou non-restitué après 30 jours, l'usager a droit à une amende forfaitaire de 7 euros, et à rembourser le coût initial de l'ouvrage. Faisons les comptes. Si on atteint les 20 000 livres éradiqués, avec un prix moyen de 15 euros par bouquin, les médiathèques de Nantes se doivent donc à elles-mêmes 440 000 euros. Pour soulager les finances publiques, il est temps d'envisager un cambriolage massif. Et citoyen.


Lu 243 fois













La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #Remaniement La solution est pourtant évidente... https://t.co/vNVLWfMvcQ
Samedi 13 Octobre - 15:04
La Lettre à Lulu : RT @ijarjaille: A #Rennes et #Nantes, Vinci profite à plein de l’abandon de #NDDL. @MediacitesNtes a consulté en exclusivité un rapport de…
Jeudi 11 Octobre - 15:55
La Lettre à Lulu : RT @frapdessins: #5e_République : c'est plus ce que c'était ! #Macron #Benalla #Collomb https://t.co/m4lns8OWbf
Dimanche 7 Octobre - 19:00
La Lettre à Lulu : S’appelle comment ??? https://t.co/S3XeeYkXYA
Dimanche 7 Octobre - 18:58
La Lettre à Lulu : Kita et ses petits commerces... lire aussi https://t.co/LKp7CNRMW6 https://t.co/6FI3AMq67k
Vendredi 5 Octobre - 10:02