La lettre à Lulu
Lulu 100

Le gros bobard en 80 jours

Patator



Une « manifestation plurielle » occupe du 12 avril au 30 juin la carrière Miséry, pour faire la promo des projets d’aménagement de l’agglo avec un fort avant-goût des municipales de 2020. Grand’messe de com’ dans une métropole sous rigueur budgétaire. « Nantes se réinvente avec vous » mais achève de démoraliser les acteurs sociaux obligés de quémander quelques subsides pour remplir leur mission. La carrière où doit pousser l’Arbre aux zozios à 35 M€, accueille cette grosse sauterie décrite par les communicancans comme une « structure agile et éphémère, lieu de vie en dialogue complet avec le site végétal de la carrière » et une « invitation à découvrir, à partager, à parler collectivement de la manière de faire la ville ». « Débats, expos, spectacles, activités sportives, animations, restauration... »

Un vrai centre aéré pour badauds baguenaudant bras ballants.

Officiellement, le coût de cette plaisanterie s’élève à 500 000 €, soit quand même 6 250 patates par jour. Mais, à ce prix là, on n’a que la location et le montage de la structure d’échafaudage. Lulu a refait les comptes et arrive à un total supérieur à 25 000 euros par jour, soit une facture réelle dépassant les deux millions. Cherchez l’erreur. Pour noyer le poisson et les deniers publics, les dépenses sont éparpillées façon puzzle entre différentes directions, ainsi qu’entre la ville et la métropole. À vingt mille lieues de la vérité. Heureusement que Jules n’a pas imaginé un tour du monde en 160 jours.

Jules Baliverne


Lu 309 fois