La lettre à Lulu
n°8 - décembre 1996

Le juge klepto et les racketteurs de grande surface



Première histoire. A la Roche-sur-Yon, les surveillants des magasins Leclerc font pression sur les voleurs à l’étalage pour leur extorquer bien plus que le montant du vol. Fin 93, Barbara T. chaparde deux boîtes de chocolat Kinder et 3 slips pour enfant. Valeur : 150F. Interpellée par la sécurité du magasin, elle doit signer une reconnaissance de vol. Le scénario est alors rodé : l’agent de surveillance et le directeur du supermarché calculent une dette rétroactive. Ils comptent deux ou trois passages au magasin par semaine, multipliés par deux ou trois ans selon depuis quand les auteurs des larcins habitent dans le quartier. Soit 23 333,65 F pour Barbara T. ! Pour impressionner les petits voleurs, on brandit le risque de prison et l’existence de cassettes de vidéosurveil-lance censées prouver la ribambelle de vols antérieurs. Sympas, ces vautours proposent un paiement échelonné, après emprunt à la banque. Ecœurés, quelques petits voleurs ont porté plainte auprès de la police. Les sommes récupérées sont encaissées par le magasin, a admis le patron des deux Leclerc. Trois ans après, l’enquête est au point mort, et les dirigeants du magasin reportent la faute sur la société de surveillance, aujourd’hui dissoute.

Deuxième histoire. Tête en l’air, Maurice M., juge d’instruction de la Roche-sur-Yon oubliait de régler aux caisses ce qu’il emportait. Ce magistrat kleptomane s’est fait piquer dans deux grandes surfaces "porteurs d’articles impayés", comme on dit poliment. Magnanime, le patron du magasin Leclerc de la première histoire dit ne pas avoir voulu garder trace du chapardage du juge qui prétendait tester les systèmes de surveillance. Peu crédible, puisque le parquet n’en était pas averti. Après ces larcins, certains de ses collègues au tribunal ont refusé de siéger en correctionnelle aux côtés du juge aux oublis fâcheux, qui a été muté à sa demande en Martinique. Pour se faire oublier.

Entre ces deux histoires, évidemment, aucun rapport.

Lu 2404 fois













La Lettre à Lulu : RT @labatmarie1: Arrêté anti-mendicité du maire LREM de Besançon, interdisant de s'asseoir dans la rue. La réponse des Bisontins ne s'est p…
Mardi 21 Août - 00:37
La Lettre à Lulu : Un papier d'été dans le numéro de décembre dernier. La Baule, sa plage, ses gargotes... https://t.co/iCkF2AA3eP https://t.co/Uh0AJWPiO6
Lundi 20 Août - 10:53
La Lettre à Lulu : La piscine ne suffit pas ? https://t.co/5bQuYhJ4LO
Samedi 18 Août - 11:31
La Lettre à Lulu : Le stade ultime du cash : le stade du futur bichonne les rupins. Enquête dans La Lettre à Lulu 101...… https://t.co/XUl0bCuBMh
Samedi 18 Août - 11:29
La Lettre à Lulu : RT @Nantes_Revoltee: Gros big up à L'Autre Cantine Nantes et aux nombreux nantais et nantaises qui organisent la solidarité concrète, alors…
Mercredi 8 Août - 08:11