La lettre à Lulu
Lulu 109-110

Le samzunisme ne passe pas

Général de division


Les élues nazairiennes n'ont qu'à bien se tenir.


Le maire de Saint-Naz a fait une fixation sur les femmes, invectivant celles qui argumentent contre lui : « Vous êtes comme l’extrême droite, et je mesure bien les mots, à chercher toujours les divisions »*, a vitupéré David Samzun au conseil d'agglomération du 4 février, qualifiant quatre élues de « simples commentatrices », affirmant ne pas débattre avec des péronnelles ni « sérieuses » ni « professionnelles », traitant nommément de fachos des élues de gauche et écolos qui étaient, il n’y a pas si longtemps, dans sa propre équipe. La cohésion a explosé, scindée en trois listes, l'une menée par le sortant David Samzun, les autres par sa première adjointe Pascale Hameau et son ex-adjointe au sport Gaëlle Bénizé, démissionnée par le maire.

« Stratégie répétée d’intimidation politique » et « caractère agressif et phallocrate du candidat sortant », se sont indignés cinq écolos et communistes. Sa première adjointe, Samzun la traite de « politicarde » parce qu'elle annonce que, élue, elle céderait sa place à la communauté d'agglo. Accessoirement, Samzun est élu depuis 1995, alors que Pascale Hameau finit son premier mandat.
En juin dernier, un collectif d'élus intitulé « ilsnenousferontpastaire » dénonçait l’inaction du maire, entre avril et juillet 2018, quand une élue révélait des abus sexuels de la part d'un autre élu de la majorité.

Autoritariste, le maire ? Il serait bien véloritariste, mais on va lui dire de changer de braqués.Voire de braquées.

* Après les attentats contre Charlie, David Samzun mettait dans le même sac les méchants extrémistes de l'antiFrance nationale : « L'extrême droite héritière des ligues factieuses des années  trente, les intégristes religieux de tous bords, les zadistes, les régionalistes adeptes de la lutte armée... » (L'antizadisme primaire, Lulu n°88, mai 2015).

Lu 0 fois