La lettre à Lulu
Lulu 101

Le stade ultime du grisbi

Appel de balle


Dehors le populo, ce pénible manque à gagner des tribunes.


Alerte disparition/enlèvement. « Dans les stades, les classes populaires disparaissent » (Presse-O, 12/05) : le tarif des places de foot dissuade la plèbe, dit l’économiste du sport Pierre Rondeau qui dénonce l’aseptisation et la gentrification des stades. À Nantes, un abonnement en tribune présidentielle vaut 1 190 €. Bien au-dessus de la moyenne nationale. Le summum, c’est 3 150 € au PSG, puis 1 250 à l’OM, et Nantes est bon troisième des abonnements les plus chers avec 1 190 € l’année. Ailleurs, c’est plus raisonnable : 840 € à Nice, 730 à Saint-Etienne, 720 à Rennes, 575 au SCO d’Angers. À l’inverse, au bas de l’échelle sociale et de celle des tarifs, les abonnements les moins chers sont à Montpellier (80 € par an, quatre fois moins qu’à Paname), bien moins que Troyes, Guingamp, Caen, Rennes, Saint-Etienne, Bordeaux et Amiens (160 €), ou Nantes à 165 €...

La suite de l'article est dans le numéro 101 de La Lettre à Lulu, en vente chez votre buraliste et chez nos dépositaires et amis.

Lu 268 fois