La lettre à Lulu
N°7 - octobre 1996

Le tennis perd La Baule

Saga à friqués


La Baule, ton univers impitoyâble ! Depuis les dernières municipales, la guerre de succession du baron Guichard ravage la droite qui se retrouve divisée entre une majorité UDF-RPR et une opposition... RPR-UDF !


Le tennis perd La Baule
Dernier règlement de compte en date, l’opposition RPR-UDF lâche un scud sur la majorité UDF-RPR, lui reprochant "sa très mauvaise gestion" du La Baule Tennis club, lequel est dans l’incapacité de rembourser des emprunts pour cause de désaffection croissante du public pour la baballe*. "Au cours du conseil municipal du 20 juin 1996, il nous a été demandé d’accorder une remise de dette à cette association (de) 2 542 744 francs soit 170 francs par habitant. Cette situation est d’autant plus regrettable que des élus participent à la gestion de cette association,"** s’insurgent les frondeurs qui voient dans la manœuvre une "subvention déguisée".

Premier visé, l’adjoint au Tourisme et président du Tennis club monte au filet comme un seul homme : "il s’agit de queues d’emprunt pour des investissements effectués sur des installations municipales. Le club a déjà remboursé 6,5 millions pour des murs qui ne lui appartiennent pas. On veut me faire un mauvais procès, c’est un coup bas purement politique !"

L’affaire vire au drôlatique quand on apprend que c’est l’actuelle opposition RPR-UDF qui a signé, aux temps bénis où elle était la majorité, la convention prévoyant la substitution de la Ville au club si celui-ci venait à défaillir...

Et ce n’est qu’un début si l’on en croit les bouillants opposants qui subodorent "des insuffisances ou anomalies relevées dans la gestion des principales associations que sont les Rencontres internationales de la danse, le Concours hippique, suspectées "d’absence de commissaire aux comptes" et de "créances importantes non recouvrables", mais également le Comité des Fêtes et l’Office du Tourisme. Les quelques élus municipaux de gauche comptent les points. En silence, pour ne pas troubler la concentration des joueurs.


*La fédé de tennis a perdu cette année 50 000 adhérents.
**La Baule magazine, page réservée à l’opposition.

Lu 2310 fois