La lettre à Lulu
n°27 - mar

Le travail c’est la santé



Imaginez que vous soyez tenus de payer l’entretien de votre lieu de travail pour avoir le droit d’y travailler. Inimaginable ? C’est pourtant ce qui se pratique en prison. Un détenu qui a la chance de pouvoir travailler -c’est-à-dire fixer des collerettes sur des bouteilles de vin pour Carrefour, plier des emballages d’échantillons pour Dior ou ensacher des prises électriques pour Legrand- va toucher en moyenne de 300 à 400 francs par mois, sur lesquels l’administration va prélever une taxe dite «de bleu de chauffe», 30% qui servent à l’habillage et à payer l’entretien et l’électricité de l’atelier. Les concessionnaires qui distribuent selon leur bon vouloir le travail en prison ne connaissent pas la crise. Ils bénéficient d’un personnel généralement très pauvre, rarement diplômé et souvent étranger. Sans congés maladie ni droit de grève. Corvéable à merci. Le tiers-monde à domicile, en somme.

Lu 2268 fois













La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: #NDDL "Et toujours des bises, des bras enveloppants, et des abrazos entre des gens qui ne sont jamais sentis si proches, bi…
Jeudi 18 Janvier - 11:39
La Lettre à Lulu : RT @TBrochot: Le communiqué du Parti Socialiste. Regardez bien le logo, en dessous du poing et la rose, il y a toujours écrit "social-écol…
Mercredi 17 Janvier - 20:47
La Lettre à Lulu : Et pour ceux qui n'auraient pas suivi, toutes les saisons de la série ! (dessin : Frap, Lulu 65, juillet 2009)… https://t.co/S21kwhDjZZ
Mercredi 17 Janvier - 17:07
La Lettre à Lulu : Souvenirs : il y a près de dix-sept ans (!), le premier papier (début d'un long feuilleton) dans Lulu (numéro 33, é… https://t.co/iQ5EsvsmeD
Mercredi 17 Janvier - 16:50
La Lettre à Lulu : RT @LELeduc: #NDDL, c’est la victoire des paysans et des citoyens qui luttent depuis un demi-siècle. Une pensée pour le paysan Michel Tarin…
Mercredi 17 Janvier - 15:29