La lettre à Lulu
N°5/6 - été 1996

Ligérien de rien. Le potache est servi



Les 17 et 18 mai, mille lycéens ont participé à un festival à la gloire du concept des Pays de la Loire qui, décidément, passe mal. Pour vanter cette région sans âme, 1,15 million de F à été investi sur la manifestation. Olivier Guichard a mis les points sur les i en écrivant aux proviseurs: aux yeux des lycéens, la manifestation «contribuera à donner une sentiment d’appartenance régionale». Pour les mouvements bretons ces «spartiades à la mode de l’ex Allemagne de l’Est» sont des manœuvres d’«embrigadement» violant le principe de laïcité qui interdit toute propagande politique à l’école, sans exception pour le baron Guichard.

Pendant la fête négationniste de l’identité bretonne, toute trace armoricaine devait être gommée: «deux lycéens présentant la mascotte de leur lycée ont du retirer leur tee-shirt, car il faisait trop breton», note un courrier des lecteurs dans Ouest France. La fille de l’auteur de la lettre «s’est faite houspiller» par les adultes encadrant le festival, pour avoir osé apposer sur son jean un autocollant breton distribué à l’entrée par les opposants à l’entreprise d’endoctrinement ligérien.



<B>Hiver. Quand Ophélie, on se couche</B>
Le Festival des Lycées ligériens s’est octroyé les talents de la pétulante Ophélie Winter. Contrat négocié en octobre dernier pour 75 000 F avec son frère, charges sociales incluses. Depuis la courgette blonde est devenue star internationale de la chanson et a décidé de limiter sa prestation à trois chansons en play back : puisqu’elle vaut trois fois plus, elle en a fait trois fois moins. L’exigence d’être payée avant de faire semblant de chanter a aussi exaspéré les organisateurs. L’agence parisienne «Plate-forme» qui a signé le contrat pour la Région déplore les caprices de la divette exigeant illico «des crêpes et des sushis» dans sa loge, et note par euphémisme que «son image passe mal auprès de la cible des jeunes». Regardé de haut, ce public a fait la moue, Ophélie économisant son faux filet de voix, riant alors qu’elle aurait du articuler son texte. A Avignon, les chansonnettes en service minimum ont valu les huées et des canettes à Miss Winter, invitée pour un autre festival lycéen régional.

Lu 1795 fois













La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: #NDDL L'édito de Hervé Kempf https://t.co/W01QChgyRe
Jeudi 14 Décembre - 09:13
La Lettre à Lulu : Et voilà le sommaire ! À vos kiosques ! https://t.co/ol9gm9LcGT https://t.co/OvwK5nVXIO
Jeudi 14 Décembre - 08:51
La Lettre à Lulu : @Legolasf44 @sobczak_andre Réponse dans le journal.
Mercredi 13 Décembre - 15:53
La Lettre à Lulu : Pour rendre hommage à François-Régis qu'on regrette déjà, replongeons dans un de ses grands reportages. https://t.co/jiuJKtjKza
Mercredi 13 Décembre - 12:58
La Lettre à Lulu : La Lettre à Lulu 98-99 en kiosques demain. Voilà déjà la une... https://t.co/DWLuTQoQQA
Mercredi 13 Décembre - 12:56