La lettre à Lulu
Lulu 53 juillet 2006

Loire c'est Loire. Les anneaux de la mémoire qui flanche



Le bâtiment tout noir du tribunal abritait le 21 juin un procès pour discrimination raciale à l'embauche. La patronne d'un salon de coiffure a refusé la candidature d'une coiffeuse d'origine haïtienne. Le procureur y va de son couplet sur Nantes «qui vient de célébrer la mémoire des esclaves noirs qui partaient du port de cette ville vers leur triste sort». Qui partaient d’où ? Le commerce triangulaire se décale ainsi d'un tiers de tour.
Avant le 10 mai, anniversaire désormais officiel de l'abolition de l'esclavage, une dépêche a été reprise par tous les journaux de La Réunion, et amplement relayée par la revue de presse interne de la mairie de Nantes, sans que personne ne tousse. On y lit que la Loire a noyé un paquet d'esclaves. Les noyades de Carrier en version série noire. Pourtant, cette affirmation est sortie de la bouche d'un élu qu'on croirait bien avisé, Octave Cestor, pour qui le fleuve, qui a porté les navires négriers aurait englouti des milliers d'esclaves morts avant les traversées.
«Nous n'avons pas d'autre lieu de recueillement, il n'y a que l'eau, la Loire est un tombeau vivant», explique-t-il. Passons sur l'expression tombeau vivant, qui est au berceau mort ce que le noir de fumée est au blanc d'Espagne. En bon président de l'association Mémoire d'Outre-Mer, Octave Cestor aurait pu dire que l'Atlantique est un symbole de la Traite et que l'océan commence, en quelque sorte, aux quais du port de Nantes. Ce n'est pas tout. Il rajoute volontiers que les quatre cinquièmes des esclaves transférés ont péri en mer. Une proportion qu'aucun historien même approximatif n'a jamais osé soutenir, s'en tenant plutôt à des taux de mortalité entre 10 et 20 % de «pertes humaines» de la «marchandise». Et laisser entendre que le fleuve est un sanctuaire puisqu'on y aurait englouti les rebuts et malades du transfert jusqu'aux plantations, c'est un peu fort de café. Un peu plus, on nous dira que les Noirs sont comme ça parce qu'ils ont été engloutis dans des tasses et des tasses de café.

Olivier Empétré

Loire c'est Loire. Les anneaux de la mémoire qui flanche

Lu 1971 fois













La Lettre à Lulu : @Legolasf44 @sobczak_andre Réponse dans le journal.
Mercredi 13 Décembre - 15:53
La Lettre à Lulu : Pour rendre hommage à François-Régis qu'on regrette déjà, replongeons dans un de ses grands reportages. https://t.co/jiuJKtjKza
Mercredi 13 Décembre - 12:58
La Lettre à Lulu : La Lettre à Lulu 98-99 en kiosques demain. Voilà déjà la une... https://t.co/DWLuTQoQQA
Mercredi 13 Décembre - 12:56
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sauvons le Ravi ! C'est le message que relaye aujourd'hui l'hebdo @Politis_fr Merci confrère ! Participez au #CouscousBa…
Lundi 11 Décembre - 11:09
La Lettre à Lulu : RT @rayclid: Being Donald Trump #Trumpjerusalem #cartoon https://t.co/ulEZNyKqBn
Lundi 11 Décembre - 11:08