La lettre à Lulu
Lulu 104

Merck ou Merck, merci qui ?

La fessée à Lulu



Oups, erreur confusionnelle fourvoiementeuse quiproquotale dans l'article "L'amphithéâtre des opérations", paru dans le numéro 104 de Lulu ! Attention, il y a Merck et Merck. Confusion récurrente, nous signale un lecteur. Les deux labos pharmaceutiques du même nom sont bien distincts, et ce depuis 1917. Avant, c'était la même boîte. L'Allemand Merck KGaAn n'a plus rien à voir avec l'Américain Merck & Co Inc., tenu de se dénommer MSD ailleurs qu'aux États-Unis et au Canada. En 2016, Merck a même gagné un procès contre Merck pour l'utilisation frauduleuse du nom, les Allemands s'imposant aux Américains pour avoir utilisé le nom Merck hors USA, en l'occurrence  chez les Britiches. On ne peut donc pas, comme l'a fait Lulu, cumuler les sommes arrosées par Merck et par MSD dans l'article. Le fric refilé par le yankee Merck-MSD ne peut avoir fait pression pour décommander à la fac de médecine la réunion sur  le Levothyrox élaboré par Merck Allemagne. Reste que Paul Barrière, chef de service à la maternité et prof de gynéco à la fac, a bien bénéficié de 19 480 euros d'avantages de Merck l'Allemand*. Nos excuses à Kenneth Frazier, brave avocat et pdg de Merck & Co, qui cumule en étant administrateur d'Exxon Mobil corporation et qui a dû bravement défendre un autre produit maudit de sa firme, le Vioxx. Ce médoc contre l'arthrose a été retiré en septembre 2004 du marché, 27 785 décès au compteur, et entre 88 000 à 139 000 crises cardiaques de 1999 à 2003. Le scandale a coûté près de six milliards de dollars au géant pharmaceutique pour avaler la pilule.

* En défalquant les 7 267 euros réglés par Merck le Yankee.

Lu 176 fois