La lettre à Lulu
n°38 - nov

Motus vivendi. L’université se coupe les langues



L’été est un temps alangui. C’est-à-dire privé de langue. Le conseil de l’UFR de langues de l’université de Nantes a voté le 4 juillet, avant de se passer l’ambre solaire, la suppression de l’enseignement du breton, du japonais, et du néerlandais à partir de 2004. Et l’arabe première langue, dont le projet avait été approuvé en décembre 2001, passe aussi à la trappe. Il y avait pourtant 157 étudiants en arabe, 87 en japonais, 24 en breton et 15 en hollandais. Pas assez d’audimat, ça coco. On ferme. Même s’il y a, à côté de ça, des maîtrises en science que l’on maintient pour un seul étudiant. Il faut bien se garder un brin de contradiction. La perfection est ennemie du bien commun.

Lu 2636 fois