La lettre à Lulu
Lulu N° 80 - mai 2013

Nantes capitale identitaire. Vert extrême


Quand la capitale verte tire vers le brun


Labellisée, la conférence arborait la double pastille noire et verte de Nantes capitale verte 2013. Autant dire que c’était du choisi, du durable. Le 11 janvier 2013, Jean-Claude Empereur était le conférencier, déblatérant sur les « Enjeux et défis écologiques et environnementaux pour l’Europe face à la mondialisation multipolaire ». Qui est cet Empereur ? Il est vice-président délégué de Paneurope France, branche française de l’Union paneuropéenne internationale* qui se dit « attachée au patriotisme européen, couronnement des identités nationales de tous les Européens », défend des valeurs chrétiennes et « s’oppose à toutes les tendances qui affaiblissent les forces spirituelles et morales de l’Europe ». Empereur a été maire de Pornichet de 1983 à 1995 puis conseiller régional.

Le 8 juin dernier, il tenait le crachoir à Vannes, devant un parterre de crânes rasés à qui il donne du « Mesdames et messieurs, chers amis », à la tribune des « assises bretonnes contre l’islamisation », organisées par les identitaires de Jeune Bretagne, le genre de groupuscule à trouver trop mou le FN. Le 10 mars 2012, Empereur était à un meeting à Paris « Contre le droit de vote des étrangers » avec des figures de l’extrême-droite, comme Yvan Blot, Jean-Yves Le Gallou (anciens du FN et du MNR), Henry de Lesquen (Club de l’Horloge), Fabrice Robert (Bloc identitaire)...

Nantes capitale verte déroule le tapis brun. À croire que le brun présente la partie tronc commun de l’arbre qui cache la forêt.

Nicolo Allu

* Présidé jusqu’en 2011 par Otto de Habsbourg, archiduc d’Autriche et fils d’empereur, figure de l’intégrisme catholique, sympathisant déclaré de l’Opus Dei, aussi anti-avortement qu’il a été anticommuniste viscéral. Et membre en France du comité de parrainage du Cercle Renaissance, ramassis de « patriotes » d’extrême droite.

Lu 301 fois