La lettre à Lulu
N° 77 - juillet 2012

Ni Dieu, ni biomètre. La vogue des collèges bornés


La paluche du potache contrôlée à l'entrée des cantines. Grâce à la biométrie, les forces de l'ordre scolaire ont la situation bien en main.


Ni Dieu, ni biomètre. La vogue des collèges bornés
La biométrie, c'est génial. Pour manger à la cantine, le potache tape son code perso à quatre chiffres, montre un bout de sa viande personnelle, et hop il peut se sustenter. Ah non, pas le droit de montrer ses fesses. C'est de la main qu'il doit montrer patte blanche. Une fois la mimine reconnue, connexion au fichier des élèves, zouip, clang, un plateau se libère. Et éventuellement, si les parents n'ont pas payé la cantine, ceinture ! Et marche arrière. Il faut bien habituer très tôt les mômes aux outils de contrôle en tous genres, et leur faire accepter les instruments de traçabilité des bipèdes. Identifiés, triés, pistés. Bienvenue dans un monde où l’on gère des corps comme des flux de marchandises, sous couvert de rentabilité, oubliant peu à peu tout dialogue en direct et toute dimension humaine de la vie en société. À l'ouest de Nantes, malgré les levées de boucliers, le collège Anne-de-Bretagne a opté à la rentrée prochaine pour le filtrage par biométrie à la cantine. Dans un communiqué adressé aux familles, la FCPE du collège a pourtant fustigé "un système qui déresponsabilise les élèves, et les habitue à considérer que leur corps puisse être un instrument de contrôle" et pointé le fait que le topo fourni par le collège pour justifier la biométrie était en fait "l'argumentaire quasiment copié-collé d'un document fourni par Alise, le prestataire du système".

Les limites des bornes

Le maire d'Indre, Jean-Luc Le Drenn, a écrit en mars dernier à la principale du collège le désaccord de la commune devant cette installation : "Je partage les craintes de mes concitoyens qui, dans notre société de plus en plus sécuritaire et fichée, s'opposent à ce qu'un nouveau fichier, qui techniquement peut être croisé avec d'autres (notamment Sconet), recense des données supplémentaires et fragilise d'autant plus les libertés individuelles." Le self du collège se biométrisera à la rentrée comme quelques autres. Les récalcitrants ont droit à une carte magnétique, comme l'impose la CNIL. En 2005, une équipe de clowns avait légèrement saboté au marteau les bornes toutes neuves d'un bahut de Gif-sur-Yvette. Des collectifs de contestataires ont embrayé partout. Et les collectivités renâclent à subventionner.

Dans le coin, sont déjà équipés les collèges Ernest-Renan, Le Hérault (St-Herblain), Stendhal (Nantes), Jean-Rostand (Orvault), la Fondation d'Auteuil (Bouguenais). Le département et la région (pour les lycées) ont refusé de financer. "Ces systèmes sont une porte ouverte sur le fichage physique des élèves et diffusent insidieusement une vision du monde qui est fondamentalement à l’opposé des valeurs que nous portons. En conséquence, la Région ne financera en aucun cas ces systèmes biométriques. Elle demande à ses représentants aux conseils d’administration des établissements saisis sur ces dossiers de voter contre", dit à la rentrée 2010 Mathieu Orphelin, (Europe écologie-Les Verts) vice-président du conseil régional, en charge de l'éducation.

La main au panier repas

Les arguments pour cette mainmise sur la traçabilité des élèves : pointage plus simple pour l'établissement qui sait qui a mangé, qui a zappé la cantine ; pas de risque de perdre sa carte pour les élèves, même les moins soigneux perdant rarement leurs mains. Flicage ? Meuh non, voyons. Pourtant en 2009, le "big brother award", un trophée ironique décerné aux entreprises les plus craignos, est décerné à Alise et à son concurrent INCB (Il existe une bonne demie douzaine d'autres sociétés sur le marché). Gaëlle Auffret, la présidente du club des utilisateurs de solutions Alise (voir ci contre) ignore ces détracteurs. i["Si ces bases de données peuvent être lues par un membre de la communauté scolaire, c'est aussi une demande des familles, souvent pas de l'établissement... La CNIL donne son aval. Et quand les élèves quittent l'établissement, on ne garde pas les données dans la base élèves [base Sconet, pour le second degré]",]i plaide-t-elle.

L'association Privacy France qui décerne ces prix du flicage a pourtant épinglé Alise pour l'ensemble de son œuvre, et pour avoir "fait même l’éloge de ses logiciels "dressés" contre l’école buissonnière!", évoquant l’application qui permet de siphonner les données du système biométrique afin de "détecter instantanément les anomalies d’absence/présence".La biométrie a été conçue pour sécuriser les sites sensibles et stratégiques, militaires, nucléaires et pénitentiaires. Avant de devenir une solution banalisée dans un bizness global d'identification des individus. La biométrie, c'est un peu comme la peine de mort : on l'avance comme irréfutable pour les cas extrêmes (les monstres sanguinaires ou les bombes en puissance), et on l'étend vite à tous les suspects et déviants que sont les potaches, fraudeurs en puissance du jambon purée à la louche. Il reste une alternative à ces machines à ficher les paumes : on peut toujours manger sa main. Mais il n'y aura que deux repas autorisés.

Edgar Nement

Lu 183 fois













La Lettre à Lulu : RT @Fakir_: Une piscine à Brégançon pour préserver leur intimité. C'est vrai, quoi, les Macron ont droit à la protection de leur vie privée…
Samedi 23 Juin - 21:51
La Lettre à Lulu : RT @Maitre_Eolas: Mais bande de cretins l’AME n’est pas un cadeau fait aux sans papiers, c’est une mesure de santé publique. Vous préférez…
Samedi 23 Juin - 21:51
La Lettre à Lulu : RT @NONago_NDDL: Lundi, mardi et mercredi, chacun-e est conviée à un chantier nettoyage de la zone autogéré #zad #NDDL, c'est à dire: tu p…
Samedi 23 Juin - 21:50
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: « Il s’agit de savoir si on veut plus de fermes à taille humaine, des installations, des expérimentations agricoles. Les p…
Samedi 23 Juin - 21:49
La Lettre à Lulu : RT @KEMPFHERVE: Forte enquête de @Bastamag sur les 478 personnes tuées par la police depuis 1977. Dont 56 enfants ou mineurs ! La violence…
Lundi 18 Juin - 15:46