La lettre à Lulu
N° 77 - juillet 2012

Objectif zéro. Vive Jeanne-Marcelle Ayrault !


Rangez vos miches, la partie féminine de l'ancien maire de Nantes a pris le pouvoir !


Objectif zéro. Vive Jeanne-Marcelle Ayrault !
La gloire locale qu'est Jean-Marc Ayrault a annoncé le 27 juin que les personnes du sexe féminin en minorité dans l'administration, c'était fini. Il a même invoqué une "implication personnelle de chaque ministre". Et tant pis si la composition très masculine des cabinets ministériels a juste déçu certains espoirs alimentés par la parité stricte du gouvernement, 19 gars, 19 filles. Mais avec Ayrault, on peut avoir confiance. Déjà chez lui...

Notre ex-bon maire de notre bonne ville de Nantes a signé le 8 mars 2012 un bon pacte pour la bonne égalité des bistouquettes et des foufounes. Ayrault a déclaré d'une voix vibrante : "L'égalité hommes-femmes, notamment l'égalité professionnelle, requiert l'engagement et la mobilisation de tous". On a même appris lors de la cérémonie de signature qu'il y avait des femmes jardinières à la ville de Nantes. Si si ! Un peu plus haut que le gazon, il reste du boulot. La main sur le cache sexe, l'autre tenant son nez de Pinocchio, Ayrault affirme pourtant : "Cette signature, c’est un engagement, et comme tout engagement, il doit être tenu. D’autant plus lorsqu’il revêt la solennité d’une signature publique. Tenu au niveau de la Ville de Nantes qui mène déjà, et depuis de longues années, des actions en faveur de l’égalité femmes/hommes. La ville se met par ailleurs en situation d’approfondir son action par la signature de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, et la mise en place du plan d’action qui en découle".

La robinettocratie

On attend donc que Jean-Marc "se mette par ailleurs en situation d’approfondir son action" en devenant illico transsexuel. Pendant vingt ans il a trimballé son petit robinet et ses chromosomes XY à la tête de la ville, sans jamais penser à mettre lui-même en pratique son sens de la parité.

"Je souhaite que les choses continuent d’avancer dans le bon sens à Nantes. La mobilisation est là, nous mettons en place des outils de politique publique pour poursuivre le travail déjà entrepris, continuer de faire bouger les lignes. Ce sujet est d’ores et déjà pris en compte dans le cadre de la démarche prospective Ma Ville demain, Nantes 2030", persistait alors, imperturbable le bon député maire sur son blog.

Hum hum. Une petite maligne a alors transmis à Lulu un décompte, inventoriant dans l'organigramme de Nantes métropole le sexe des directeurs, général des services, dircab, et personnages à la tête des directions générales culture, finances, cohésion sociale, ressources humaines... Idem pour les satellites, agence d'urbanisme, Nantes Habitat, Lieu unique, Nantes aménagement, Voyage à Nantes, Samoa, Tan, Nantes gestion équipement, etc. soit 23 postes tous menés par des couillus en chef. Ce qui, tout compte fait, produit un taux de parité sans appel : zéro femme sur les 23 postes occupés, soit un pourcentage de 0 % !

L'accroc au zéro

Il y a bien eu un accroc au zéro pour cent avec Bénédicte Jacquey-Vazquez, énarque débauchée en 2008 de la région, bombardée directrice générale déléguée à la cohésion sociale pour mettre un peu de féminin dans ce monde de brutes des grands chefs de service à la Ville de Nantes, cornaquée par Benoist Pavageau. La cohésion a explosé, tranchant un conflit avec un autre directeur général, un gars, lui. Et pouf pouf, au hasard, la dame a été remerciée. Dernière embauchées, première virée. Un grand classique.

Dans l'organigramme mutualisé ville/agglo en date du 01/01/2012, on relève le nom de Flore Thalouarn comme secrétaire générale à la Direction générale (DG), Chrystel Jarnoux comme cheffe de cabinet, et Marianne Thiéry-Sene comme directrice-adjointe de cabinet.

Les dix postes de DG sont occupés par des gars, ainsi que les directions du "département général des ressources numériques" et du "département général du développement urbain".
L'exception qui confirme la règle : le deuxième sexe est très présent à la tête des équipes de quartier (là où il faut aller au mastic) : 8 sur 10 sont sous les ordres féminins. Et la parité alors ?

Côté élus et élues de la majorité municipale nantaise, c'est en apparence plus équilibré. La parité est formellement respectée : 25 femmes pour 27 hommes Et les chiffres n'ont pas changé avec la passation de pouvoir de Ayrault. Mais qui fait quoi ? Hormis la première adjointe Johanna ''étoile montante" Roland, qui écope des grands projets, le reste, les choses sérieuses, demeure confié aux garçons : urbanisme, finances, transport, culture, environnement, sécurité. Les filles font les utilités, le tourisme, et les thèmes tournant autour de la famille, handicap, petite enfance, jeunesse, cantines scolaires, secteur social. Mais toujours pas d'adjointe à la vaisselle, au panier de linge et aux enzymes gloutons.

Olouge de Guimpe


Lu 1705 fois













La Lettre à Lulu : RT @KEMPFHERVE: Forte enquête de @Bastamag sur les 478 personnes tuées par la police depuis 1977. Dont 56 enfants ou mineurs ! La violence…
Lundi 18 Juin - 15:46
La Lettre à Lulu : RT @LELeduc: L’Assemblée vote la loi sur le secret des affaires. Une attaque sans précédent contre la loi sur la liberté de la presse de 18…
Lundi 18 Juin - 15:45
La Lettre à Lulu : RT @OBerruyer: En indiquant à l'Assemblée que la "presse professionnelle" sera exonérée de la loi "Fake news" le Gouvernement impose une in…
Mercredi 13 Juin - 23:23
La Lettre à Lulu : RT @Bastamag: Qui sont les personnes tuées par la police et la gendarmerie, pourquoi et comment sont-elles tuées, et dans quelles circonsta…
Mercredi 13 Juin - 23:20
La Lettre à Lulu : RT @Reporterre: Les violences policières se généralisent, constatent les avocats de France https://t.co/9WQgxEs7SV https://t.co/S6jlDtWK7T
Mercredi 13 Juin - 23:16