La lettre à Lulu
N°5/6 - été 1996

Ordre de marche. Extrême randonnée


Sale temps pour les randonneurs. Le Front National de la jeunesse fait de la marche son cheval de bataille et s'infiltre dans les associations régionales.


Ordre de marche. Extrême randonnée
«Suite au raid dans les Monts d'Arrée le week-end de l'Ascencion, il a été décidé d'accentuer notre engagement dans ce domaine spécifique de l'état d'esprit nationaliste. Marcher sur les chemins et dans les bois de notre chère Celtie présente en effet le double avantage de tremper notre volonté par un effort physique certain, et de repartir à la découverte - c'est-à-dire à la reconquête - de notre patrimoine, donc de notre identité.» Le Front National de la jeunesse ne rigole pas avec la marche, si l'on en croit Grégoire Tingaud, le délégué régional du mouvement pour la Bretagne, la Mayenne et la Loire-Atlantique. Mais, direz-vous, qu'une bande d'illuminés se compte les ampoules sur les chemins creux de la région, ne porte guère à conséquence. Erreur. Les jeunes gens du Front National sont plus graves que ça. Et surtout plus inquiétants.

La suite du texte adressé le 29 mai par le délégué régional aux secrétaires départementaux en apporte une preuve redoutable : «c'est pourquoi tu trouveras ci-joint une documentation sur une association de randonnée qu'il serait opportun de faire infiltrer par nos éléments les plus catholiques.» En termes clairs, le délégué régional invite les secrétaires départementaux à noyauter une importante association de randonneurs, que l'on peut supposer implantée sur toute la région, pour la faire entrer dans la galaxie nationaliste. Merci du cadeau.

Randonneurs, soyez donc vigilants, personne n'est à l'abri des «Guerriers d'Or» comme se plaisent à se qualifier entre eux les membres du FNJ, et méfiez-vous des marcheurs cathos. Non seulement il sont assez cons pour se laisser manipuler, mais en plus ils croient ce qu'ils disent.

Lu 2568 fois