La lettre à Lulu
Lulu 94-95 - décembre 2016

Par le fond, le Maillé-Brézé !

Baille baille


Les fans du rafiot militaire parlent fonds.


La campagne de financement participatif vise à « mettre en valeur ce patrimoine naval ». Ambitieux et post moderne, le projet vise à  passer le cap du numérique, avec 20 000 € de dons pour une « sonorisation de différents espaces du musée, projection de vidéos et d’animations, éclairage nocturne ». Flache baque : en 1983 sous la houlette de l’un des principaux bétonneurs du coin, François-Régis Bouyer, l’association Nantes marine tradition se crée pour « faire revivre le passé maritime » local. La Royale lui refile cet escorteur d’escadre désarmé qui est autant couleur locale que la bouillabaisse à Lille. Le tout avec compliments et soutien des divers élus locaux qui versent régulièrement des subventions. Nantes ne fut jamais port militaire, juste premier port négrier français, ce qui a gavé de louis d’or quelques familles futées et boosté la construction navale. De là à faire de ce tas de tôles grises assemblé à Lorient le « symbole du savoir faire des chantiers navals » de la Loire, il y a un fleuve allègrement franchi par ces nostalgiques de la Royale. Appel à contributions : qui aurait un vilebrequin avec une mèche maousse ?

Lu 6 fois