La lettre à Lulu
Lulu 109-110

Passage à tabac au conseil régional

Signaux de fumée


Pouf pouf tousse tousse emploi emploi cash cash.


On doit au tabac 75 000 décès par an (dont 45 000 décès par cancer) en France. Ça n'a pas fait tousser la majorité du conseil régional qui a voté le 14 février 200 000 € d'aide à l'usine LTR de Spay dans la Sarthe, 276 salariés. On y  produit du tabac reconstitué à partir de chutes, débris, poussière, miettes de tabac de l'industrie cigarettière américaine, anglaise, chinoise. La réagglomération de résidus de tabac développé par LTR triple ou quadruple la teneur en nicotine*. Les cigarettiers qui ont fourni leurs rebuts, réimportent 80% de la production de ces feuilles de papier-tabac, redéchirées en fragments et enfouies dans le mélange tabacoïde des nouvelles clopes. Une économie circulaire lourde en empreintes carbone, nicotine, goudron, cancer. Seule bonne santé, celle, financière, arborée par le groupe américain Schweitzer-Mauduit international, coté en bourse, 159,5 M$ de bénefs en 2019. Son usine sarthoise recevrait donc 200 000 € en R&D sans abandonner cette industrie mortifère, maintenant la fabrication de tabac reconstitué, notamment la marque « Heat not Burn » moins nocive que le pur tabac mais pas mieux que le vapotage selon une étude récente**.

La droite majoritaire dénonce la démagogie de la gauche râlant contre le coup de pouce au tabagiste industriel : « La région ne soutient pas le tabac, mais bien une entreprise. Que faudrait-il faire ? Fermer l’entreprise ? On connaît le résultat : 276 chômeurs et pas un fumeur de moins… ». Autre résultat : pas un dollar de moins pour les dividendes des actionnaires. Un pour tousse, tousse pour un...
Samantha Bagisme
* The Tobacco Industry’s Use of Nicotine as a Drug, Clifford E. Douglas, American Council on Science and Health, 1994.
** Heated Tobacco Products: Volatile Emissions and Their Predicted Impact on Indoor Air Quality, Environmental Science & Technology revue, mai 2019.

Lu 1 fois